14 août 2014
Boxe
Les Maskoutains à l’honneur dans un gala Pro-Am de GYM et Interbox
Par: Le Courrier
Nicolas Cayo, Nathan Laliberté et Frédéric Messier seront de retour en action le 22 août, à Saint-Hilaire. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Nicolas Cayo, Nathan Laliberté et Frédéric Messier seront de retour en action le 22 août, à Saint-Hilaire. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les boxeurs maskoutains auront une vitrine intéressante lors d’un gala Pro-Am du Groupe Yvon Michel (GYM) et d’Interbox au Complexe Sportscene de Mont-Saint-Hilaire le 22 août. Le Club de boxe de Saint-Hyacinthe aura le mandat d’organiser le volet amateur de la carte.

publicité

Après une période estivale où les entraînements se font moins présents, les boxeurs maskoutains Nathan Laliberté, Nicolas Cayo et Frédéric Messier retourneront sur le ring lors du gala du 22 août.

« Comme nous revenons de l’été et que c’était beaucoup plus tranquille, il s’agit d’un combat qui va aussi nous remettre en forme », indique Frédéric Messier, qui boxe chez les 64 kg senior.

Pour lui, ce combat marquera le début du cheminement vers son objectif de l’année : remporter les gants dorés.

« Je veux vraiment les remporter. Cette année je me suis fait éliminer hâtivement dans la compétition contre un bon boxeur. La prochaine fois, je veux aller jusqu’au bout », déclare avec vigueur le principal intéressé. Il sera de la finale du volet amateur du gala, contre un adversaire de Montréal.

Son entraîneur Marc Seyer n’hésite surtout pas à vanter son poulain, qu’il considère parmi les meilleurs de sa catégorie.

« Frédéric est sans contredit dans l’élite senior. D’ici un an, je le vois performer sur l’équipe nationale », confirme-t-il.

De son côté, Nicolas Cayo est très serein concernant le combat qui s’en vient. Le boxeur de 31 ans ne se fixe pas spécialement d’attente.

« Mon but, c’est d’être compétitif à chaque fois. J’y vais un combat à la fois sans regarder trop loin », explique le poids lourd. Celui-ci boxera en demi-finale du volet amateur, contre un autre poids lourd de Montréal.

« Ceux qui aiment des combats où ça cogne dur ne voudront pas manquer ce combat », lance l’entraîneur du Club de boxe de Saint-Hyacinthe.

Pour ce qui est de Nathan Laliberté, le jeune boxeur en sera à un treizième combat, lui qui revient d’une blessure au poignet gauche.

Il a dû arrêter complètement durant trois semaines cet été, mais le jeune boxeur prometteur assure que son poignet est entièrement remis pour ce combat.

L’entraîneur Seyer l’identifie d’ailleurs déjà comme la relève du Club de boxe.

Nathan, lui, veut combattre sans se mettre de pression. « Je veux me comparer à moi-même et y aller une étape à la fois », analyse-t-il.

Des occasions uniques

Pour M. Seyer, les occasions de boxer devant un public sont toujours enrichissantes et uniques.

« J’apprécie vraiment le fait que nous soyons souvent dans l’engrenage de combats professionnels du Groupe Yvon Michel (GYM) et Interbox », souligne l’entraîneur.

Il doit ce fait à Bernard Barré, le fondateur du Club de boxe de Saint-Hyacinthe, qui oeuvre au sein de GYM.

« Avec ce coup de pouce, nos boxeurs pourront également voir en action des professionnels. C’est très formateur comme expérience », conclut-il.

image