30 mai 2013
Un maître et ses élèves devenus artistes
Les nombreuses facettes d’André Robert : la complexité du personnage et son oeuvre
Par: Le Courrier

Il est difficile de rendre hommage à l’ensemble des oeuvres des 40 années de carrière d’André Robert. C’est pourtant le défi que s’est donné Expression, Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe alors que près de 150 oeuvres de l’artiste maskoutain habillent actuellement les murs de l’aire d’exposition.

Publicité
Activer le son

Un simple coup d’oeil ne saurait suffire pour saisir la complexité des oeuvres d’André Robert. On passe de Cézanne au Optical Art, du Pop Art à la peinture psychédélique, en passant par l’impressionnisme et le pointillisme. Son art a plusieurs facettes et l’artiste de nombreuses influences. Une matinée en sa compagnie n’est pas suffisante pour connaître et comprendre l’artiste et ancien enseignant d’arts du Séminaire de Saint-Hyacinthe dont les histoires et anecdotes se succèdent.

L’exposition Un maître et ses élèves devenus artistes, retrace les différentes périodes artistiques de l’artiste de 73 ans, accompagnées des oeuvres de trois de ses anciens élèves devenus artistes, soit Domique Gaucher, Éric Lamontagne et Claude Millette.Seul enseignant d’art au Séminaire de Saint-Hyacinthe pendant 34 ans pour les niveaux de 3 e , 4 e et 5 e secondaire, André Robert a inspiré plus d’un élève. Parce qu’il était lui-même constamment inspiré. Pas étonnant qu’il ait passé la majeure partie de sa vie à l’école. « J’étais un petit garçon bizarre, dit André Robert. J’étais fatigant, curieux. Une vraie petite belette à l’école. » Son parcours est marqué d’anecdotes croustillantes. Que ce soit lorsqu’il chassait des hérons bleus avec sa carabine de calibre 22 pour leur retirer les ailes alors qu’il était enfant, ses jeunes années passées à l’usine, son entrée à l’École des beaux-arts de Montréal, ou encore, ses années au sein du Club d’astronomie maskoutain dont il a été cofondateur en 1962. André Robert est tout un orateur. Pas étonnant que ces tableaux aient tant à raconter.« Tous ces hommes sont de vraies personnes, avance l’artiste en pointant les personnages d’un tableau. Ils étaient dans une foule dont j’ai vu la photo dans un journal. J’y ai ajouté une femme nue sur une scène pour dénoncer le phénomène des danseuses nues. » « Je trouve cela effrayant ce que l’on leur fait subir, même si c’est un spectacle amusant », ajoute-t-il avec un sourire en coin.Si l’on demande à André Robert combien d’oeuvres il a réalisées au cours de sa carrière, ce dernier répond ne s’être jamais arrêté à en faire le décompte. Mais le résultat serait sûrement impressionnant puisque le nombre de créations en présélection pour l’exposition l’était à lui-seul. Tel un voyage dans le temps, l’exposition Un maître et ses élèves devenus artistes présente sept grandes thématiques qui dressent un portrait de l’ensemble de la carrière de l’artiste maskoutain. Ses premières années, ses dessins, ses nus, ses grands formats et ses séries noir et blanc, optical art et rêves, contes et légendes. Elle sera présentée à Expression Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe jusqu’au 4 août.

image