4 janvier 2018
Les réclamations farfelues de la crise du verglas
Par: Le Courrier
Les réclamations farfelues de la crise du verglas

Les réclamations farfelues de la crise du verglas

Les réclamations farfelues de la crise du verglas

Les réclamations farfelues de la crise du verglas

En janvier 1999, au moment de souligner le premier anniversaire de la crise du verglas, LE COURRIER avait publié un reportage relatant quelques perles retrouvées parmi les réclamations soumises aux assureurs de la région. À l’occasion du 20e anniversaire, nous avons cru pertinent de vous rappeler les plus savoureuses.

Les assureurs en ont vu de toutes les couleurs parmi les montagnes de réclamations découlant de l’épisode de verglas de janvier 1998.
Parmi les 640 000 réclamations traitées, certaines, plus que d’autres, ont fait sourire les assureurs. Des sinistrés ont essayé de faire « la passe ».
Règle générale, constatait Robert Tremblay, coordonnateur de la Coalition contre la fraude à l’assurance, entre 10 et 15 % des réclamations seraient exagérées ou frauduleuses. Le verglas n’aurait pas changé la nature humaine.
Des sinistrés se sont cependant montrés plus catholiques que le Pape.
« Une dame a présenté une réclamation très très précise, notait M. Tremblay. Elle réclamait trois œufs, un quart de livre de beurre, un demi-litre de lait, etc. En voilà au moins une qui a reçu plus que ce qu’elle a demandé à son assureur. »
Vison dégelé
Dans les bureaux du Groupe Commerce à Saint-Hyacinthe, les analystes en réclamations ont traité 71 869 dossiers en huit mois. Yves Laprés, vice-président à l’assistance à l’indemnisation, retenait deux perles particulièrement savoureuses. Il se souvenait, entre autres, d’une réclamation pour des poissons rouges morts gelés, inscrite dans la catégorie « perte d’aliments ».
La palme revenait cependant à cette dame qui a réclamé un manteau de vison lourdement abîmé par le dégel… de son congélateur! « Pour sauver sur les frais d’entreposage, pendant son voyage en Floride, elle nous a dit qu’elle l’avait remisé dans son congélateur. La panne prolongée aurait eu des effets dévastateurs et odorants sur le manteau », racontait M. Laprés.
Un saumon à 375 $
Chez Promutuel Bagot à Saint-Liboire, les analystes avaient ouvert quelque 1 400 dossiers. Ils avaient alors appris avec stupéfaction que 75 pour cent de leurs assurés-sinistrés possédaient, en janvier 1998, un congélateur rempli à craquer!
« Curieusement, tous les congélateurs regorgeaient de bûches de Noël, de poulets de grain et de demi-bœufs à peine entamés. On a aussi beaucoup de bons chasseurs et de pêcheurs qui ont eu le crayon pesant en chiffrant leurs pertes », se souvenait avec ironie Pierre-Paul Larose, directeur général de la Promutuel Bagot.
Sa perle? Le pêcheur qui a réclamé deux gros et beaux saumons à 375 $ pièce!
Évidemment, l’assureur n’a pas mordu à l’hameçon.
Tournevis et congélateur
Aux Assurances Robert Morin à Upton, la réception des 3 000 réclamations avait mobilisé à elle seule cinq personnes pendant cinq semaines!
Les analystes avaient, là aussi, eu à négocier avec doigté pour éviter les frictions. Si l’assureur avait privilégié le gros bon sens pour régler les dossiers, quelques assurés avaient poussé leur chance un peu loin au goût de Robert Morin.
Il citait le cas de cet assuré qui a réclamé pour 1 500 $ de dommages à son véhicule après qu’il eut fini de le déglacer à l’aide d’un tournevis et d’un marteau!
Un autre a toutefois appris à ses dépens qu’il ne faut pas avoir les yeux plus grands que la panse avec son assureur. Surtout, si on réclame une perte de 1 052 $ après le dégel d’un congélateur de « 7 » pieds cubes particulièrement bien garni.
Attachez vos tuques, ce congélateur contenait rien de moins que : cinq grosses dindes, six poulets de grain, une grosse boîte de bacon, cinq rôtis coupe du roi, six rôtis de lard, 50 livres de steak haché, 30 livres de steak minute, 30 livres de steak de lard, dix livres de beurre, 10 tourtières, neuf bûches de Noël, cinq boîtes de croquettes de poulet, quatre paquets de egg rolls, deux gros jambons, 20 livres de saucisses, cinq boîtes de bâtonnets de poisson et quatre paquets de saucisses à hot-dog!
Dans ces circonstances, l’assuré peut se compter chanceux d’avoir obtenu 300 $.

image