18 février 2016
Les superhéros de la persévérance scolaire
Par: Jennifer Blanchette | Initiative de journalisme local | Le Courrier
La persévérance scolaire, c’est l’affaire de tous, soutiennent Dr Jean Rodrigue, directeur de la santé publique de la Montérégie, Mario Fortin, directeur général du Carrefour jeunesse-emploi de Pierre-de-Saurel, Paul Sarrazin, président de la commission scolaire du Val-des-Cerfs et ­Richard Flibotte, président de la CSSH. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La persévérance scolaire, c’est l’affaire de tous, soutiennent Dr Jean Rodrigue, directeur de la santé publique de la Montérégie, Mario Fortin, directeur général du Carrefour jeunesse-emploi de Pierre-de-Saurel, Paul Sarrazin, président de la commission scolaire du Val-des-Cerfs et ­Richard Flibotte, président de la CSSH. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Pas besoin de supers pouvoirs pour être un superhéros de la réussite scolaire. Sans même le savoir, enseignants, ­parents, amis et élus le sont déjà et en cette semaine des journées de la persévérance scolaire, ils sont ­invités plus que jamais à se mobiliser pour favoriser la réussite éducative des jeunes de la région.

Publicité
Activer le son

Lancée sous le thème de « La persévérance scolaire, c’est l’affaire de tous », la campagne a réuni des acteurs des milieux scolaire, municipal, de la santé et ­communautaire à la bibliothèque de Sainte-Rosalie, lundi.

Le président de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH), ­Richard Flibotte, a profité de l’occasion pour rappeler que son organisation avait à coeur la réussite des élèves et que depuis 2007, le taux de décrochage ­scolaire était à la baisse sur le territoire.

« Nous savons que la motivation des élèves est à la baisse en février. C’est pour cela que les journées de la ­persévérance se tiennent durant ce mois. Être découragé, ça arrive, mais lorsque le découragement mène au décrochage, il faut devenir un superhéros pour ces élèves », a-t-il fait valoir.

Mission persévérance Montérégie-Est, qui chapeaute la semaine de la persévérance scolaire sur le territoire, a fait savoir que l’objectif ultime de la campagne était de créer une vague déferlante de ­superhéros à travers le Québec.

Cette initiative prend tout son sens lorsqu’on sait que les décrocheurs scolaires gagneront 15 000 $ de moins par année et que leur espérance de vie est réduite de sept ans, a prévenu le directeur général du Carrefour jeunesse-emploi de Pierre-de-Saurel, Mario Fortin.

À Saint-Hyacinthe, le conseiller municipal David Bousquet et la vice-présidente de la CSSH, France Martin, ont déjà été nommés superhéros et devront s’assurer de poursuivre la chaîne de nomination.

Activités

Trois écoles maskoutaines ont tenu des activités en lien avec la semaine des ­journées de la persévérance scolaire, du 15 au 19 février.

À Saint-Dominique, les élèves de l’école primaire de la Rocade ont été invités à ­rédiger une lettre à une personne qu’ils trouvent persévérante. Certains élèves ont également été identifiés pour les efforts soutenus qu’ils apportent à leur cursus scolaire.

Du côté de l’école Saint-Damase, les ­témoignages de persévérance ont été à l’honneur. Une mère ayant fait l’ascension du Kilimandjaro a offert une conférence sur son périple aux jeunes et le joueur de football Luc Brodeur Jourdain les a aussi gratifiés de sa présence.

Finalement, à la Polyvalente Hyacinthe-Delorme, des messages sur le thème de la persévérance ont été diffusés tous les matins à l’interphone. Le projet 1-2-3 J’accroche! a été relancé pour toute la durée du mois de février et vise à accompagner des élèves présentant des difficultés ­académiques.

image