27 février 2013
Les têtes à Papineau
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

L’histoire de cette conseillère municipale de Sainte-Marie-Madeleine qui démissionne à la suite d’un évident conflit d’intérêts me fascine : la dame avoue candidement quitter ses fonctions pour « revoir son emploi du temps, notamment s’occuper de l’entreprise familiale, Aéro-Feu », dont elle est vice-présidente et deuxième actionnaire.

C’est vrai que c’est pas facile la conciliation travail-famille. Des fois, c’est mélangeant. On donne des contrats d’une main, de l’autre on en reçoit. Parce qu’après avoir vendu un camion incendie à la municipalité en 2009, Aéro-Feu a continué d’obtenir des contrats d’entretien et de fourniture avec la municipalité… où siège la conseillère. Oh, mais attention, je ne dis pas que la conseillère profitait de sa position pour refiler des informations privilégiées à la vice-présidente d’Aéro-Feu?P’t’être bien qu’elles ne se connaissaient même pas? De toute façon, elle a démissionné, alors où est le problème? me dit mon voisin de table. Ah ben oui tiens. Ça efface tout. Comme le maire de Mirabel qui réfute les allégations de milliers de dollars d’argent cash qui auraient financé illégalement sa campagne. À peine admet-il un « petit péché véniel » sur les ondes de TVA et de toute façon, conclu le maire, je ne me représenterai pas. Défense identique de l’ex-maire de Mascouche qui appelait ses concitoyens furieux à le sanctionner par les urnes. Ben voyons donc! C’est pas des élections qu’il faut, c’est la prison! Coudonc, ça prend tu la tête à Papineau pour faire la différence entre intérêt public et intérêt personnel, entre légal et illégal et que le bien commun c’est pas une jarre à biscuits dans laquelle on peut piger allégrement en disant; vous voterez contre moi la prochaine fois! J’entendais un prix Nobel de chambre de commerce se désoler du climat actuel; mais qui aura envie de faire de la politique municipale maintenant?Des gens avec un minimum d’intelligence, ça serait déjà pas pire.

image