13 octobre 2011
Centre des arts Juliette-Lassonde
Les travaux reportés à 2012
Par: Le Courrier

Les travaux de 650 000 $ qui devaient permettre l’aménagement d’un ascenseur et d’une cloison acoustique cet été au Centre des arts Juliette-Lassonde n’auront finalement pas eu lieu. C’est qu’en raison des normes imposées par le Code du bâtiment, les projets originaux s’avèrent plus compliqués que prévu à réaliser.

Le travail de la firme Francis Lussier Architecte a mis en lumière une série de travaux additionnels nécessaires pour rendre les modifications règlementaires.

Devant la complexité des décisions à prendre, l’échéancier estival qui permettait la réalisation des travaux sans entraves à la programmation de spectacles n’a pas tenu la route. Les subventions de 524 000 $ du ministère de la Culture du Québec et de Patrimoine Canada ne sont toutefois pas perdues, assurent les administrateurs, puisque les deux Ministères ont octroyé les délais requis à la Ville de Saint-Hyacinthe pour réviser les plans de son projet.Ainsi, pour aménager dans les normes un ascenseur facilitant l’accessibilité des personnes à mobilité réduite, le Centre des Arts devra aussi ajouter un cabinet de toilette adapté aux personnes handicapées et réserver un espace pour les fauteuils roulants dans les rangées situées au balcon de la salle Desjardins.« Essentiellement, le Code du bâtiment exige que l’accès à l’étage aux personnes handicapées aille de pair avec des services adaptés à leurs besoins », a résumé le directeur du service des Loisirs de la Ville de Saint-Hyacinthe, Michel Robidoux. Or, l’installation d’un ascenseur au Centre des arts visait davantage, selon lui, à faciliter la mobilité des personnes âgées. « On nous a informés que ces restrictions, à court terme, pouvaient être réglées simplement en affichant devant l’ascenseur que les services nécessaires aux personnes handicapées ne sont pas disponibles à l’étage », a noté M. Robidoux. La cloison acoustique autour de l’espace Rona, qui doit permettre de tenir des activités dans les deux salles au même moment, entraîne pour sa part plus de maux de tête. Son aménagement modifierait à ce point les caractéristiques de la salle que de nouvelles sorties de secours et cages d’escaliers devraient être aménagées de part et d’autre, modifiant considérablement l’envergure et les coûts du projet initial, mais aussi l’esthétique léchée du Centre des arts.« À cet effet, il semble qu’il y ait matière à interprétation des normes du Code du bâtiment et nous souhaitons que les discussions avec l’architecte permettent d’en arriver à une solution qui fasse plaisir à tout le monde », a noté le président du conseil d’administration de la Société de diffusion de spectacles, Pierre Solis.Selon Michel Robidoux, le coût des travaux supplémentaires nécessaires à l’aménagement de la cloison acoustique pourrait se chiffrer à quelques dizaines de milliers de dollars. Rien toutefois pour remettre en question le projet. « On ne parle pas de dépassement de coût faramineux, a souligné M. Solis. Le projet est reporté parce que la fenêtre pour le réaliser est expirée et que nous voulons prendre le temps de trouver la meilleure solution à des problèmes que nous n’avions pas envisagés. »La Société de diffusion de spectacles s’est déjà engagée à défrayer 100 000 $ de la facture totale des travaux.

image