8 décembre 2016
Pont Bouchard
L’escalier de la discorde
Par: Benoît Lapierre
Le conseiller Denis considère que la Ville n’aurait pas dû accepter la construction d’un escalier pour créer le lien entre la promenade Gérard-Côté et la piste du pont Bouchard.   Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le conseiller Denis considère que la Ville n’aurait pas dû accepter la construction d’un escalier pour créer le lien entre la promenade Gérard-Côté et la piste du pont Bouchard. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Grand défenseur du réseau cyclable maskoutain, le conseiller du district Saint-Thomas-d’Aquin, Jacques Denis, a blâmé l’administration municipale pour avoir laissé construire un escalier de 20 marches comme lien entre la piste cyclopédestre du nouveau pont Bouchard et la terre ferme, du côté de la rue des Cascades et de la promenade Gérard-Côté.

publicité

« Eh oui! Des marches d’escalier au beau milieu d’une piste cyclable : on aura tout vu. Dans ce chantier, la Ville a manqué son coup », a-t-il déclaré au début de la séance de lundi, durant la période d’information réservée aux membres du conseil.

S’adressant au maire Claude Corbeil, M. Denis s’est dit d’autant plus déçu par ce résultat qu’il avait lui-même soumis une proposition pour éviter que se produise ce qu’il considère comme une aberration. Il avait suggéré la création de deux approches avec pente de six degrés, de part et d’autre du pont, pour que les cyclistes puissent accéder en douceur à la piste cyclopédestre, à partir de la promenade.

Le maire Corbeil lui a répondu que la question de l’escalier serait examinée dans le cadre du projet de réfection de la promenade Gérard-Côté, lequel n’apparaît pas au PTI 2017-2018-2019. « On va y aller étape par étape », a-t-il lancé.

Au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des Transports (MTQ), Stéphanie Langelier, conseillère en communication, a indiqué que le projet du pont Bouchard a été réalisé tel qu’il avait été présenté aux citoyens en mars 2016. « Sur la simulation, l’escalier est présent (au bout de la boucle d’approche). Il n’y avait pas assez d’espace pour rejoindre la promenade avec une pente. Pour cela, il aurait fallu un rayon beaucoup plus grand. Le milieu bâti amène certaines contraintes », a-t-elle expliqué.

Notons qu’une rampe en béton permet aux cyclistes de laisser rouler leur vélo pendant qu’ils montent ou descendent l’escalier.

Par ailleurs, Mme Langelier a fait savoir que les feux de circulation manquants du côté du boulevard Laurier Est étaient toujours en assemblage et qu’ils ne pourraient être installés qu’au mois de janvier. « Pourtant, ils ont été commandés très rapidement. C’est dans la fabrication qu’il y a eu un retard.»

image