10 novembre 2011
Paroisse Saint-Thomas-d'Aquin
L’évêché devra se départir d’une église
Par: Jean-Luc Lorry

L’évêché de Saint-Hyacinthe devra se départir d’une des trois églises situées dans la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin, a confirmé le chanoine Gaston Giguère au COURRIER.

Fin août, l’évêque de Saint-Hyacinthe, Mgr François Lapierre a donné sa bénédiction pour qu’un comité étudie l’avenir des églises Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement et Sacré-Coeur-de-Jésus situées à proximité l’une de l’autre.

« L’évêque veut conserver l’église de Saint-Thomas-d’Aquin, mais l’une des deux autres est de trop. Ce sera un choix difficile à faire », admet Gaston Giguère, modérateur à l’unité pastorale Mgr Langevin et membre du comité qui devra statuer sur le sort de l’une des églises.« Nous allons étudier en détail les revenus et coûts de ces deux églises », indique M. Giguère. Les diminutions du nombre de prêtres et de paroissiens forcent l’évêché de Saint-Hyacinthe à reconsidérer son parc immobilier d’édifices religieux.

Christ-roi

Le changement de vocation d’une église située en sol maskoutain n’est pas une première. En avril, le diocèse de Saint-Hyacinthe a vendu l’église Christ-Roi à l’école de musique L’Avant Scène pour la somme de 125 000 $.

Cette nouvelle acquisition sera utilisée comme salle de spectacles et pourra accueillir jusqu’à 350 personnes. « Avoir converti l’église Christ-Roi en salle de spectacles est une très belle vocation. Nous avons été chanceux de trouver cet acheteur (L’Avant Scène) qui a sauvé l’édifice d’une possible démolition », se réjouit le chanoine Giguère. L’église Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement située sur l’avenue Bourdages Nord a été évaluée à 1,4 million $ par la Ville de Saint-Hyacinthe lors du dernier rôle d’évaluation. Quant à celle de Sacré-Coeur-de-Jésus, située sur le boulevard Laframboise, l’évaluation municipale comprenant le presbytère se chiffre également à 1,4 million $.

image