7 janvier 2021
Deux mois après l’incendie
L’incertitude plane toujours quant à l’avenir du Domaine de l’érable
Par: Olivier Dénommée

Plus de deux mois après le violent incendie qui a ravagé la quasi-totalité des salles de réception du Domaine de l’érable, les débris ont été retirés. Il faudra toutefois attendre encore avant de savoir ce qu’il adviendra de cette institution qui faisait partie du paysage maskoutain depuis 1973. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Voilà un peu plus de deux mois que les salles de réception du Domaine de l’érable ont été détruites par un violent incendie, mais des questions demeurent toujours, particulièrement du côté de ceux qui avaient réservé une salle dans la prochaine année et qui se demandent si la famille Bazinet va pouvoir rebâtir dans ces délais aussi serrés.

Publicité
Activer le son

Geneviève Collard devait se marier en juillet dernier au Domaine de l’érable. La pandémie a forcé le report de l’événement à l’été 2021, mais l’incendie a ajouté une couche d’incertitude sur l’organisation de son mariage. « J’avais parlé à Michaël Bazinet quelques jours après l’incendie, mais depuis, je suis dans l’inconnu », avait-elle relaté au COURRIER à la mi-décembre, précisant qu’un groupe Facebook de futurs mariés inquiets qui avaient tous réservé au Domaine de l’érable s’était formé la semaine précédente. Depuis, elle a reçu un appel de Chantal Bazinet lui proposant de lui rembourser son dépôt.

De son côté, Michaël Bazinet précise que les démarches auprès des assurances ne sont pas encore terminées, ce qui ralentit le processus décisionnel des propriétaires du Domaine de l’érable. « Les débris de l’incendie ont été retirés et nous sommes en communication avec plusieurs de nos clients qui avaient fait une réservation, mais nous avons toujours été honnêtes en leur disant qu’on ne savait pas encore si on arriverait à reconstruire d’ici l’été 2021. » Il confirme également que ceux qui ont fait une réservation auront l’option de récupérer leur dépôt sans problème, mais que plusieurs semblaient prêts à faire preuve de patience si le projet de reconstruction allait de l’avant.

Casse-tête à prévoir

Geneviève Collard s’est dite rassurée d’avoir été recontactée par les propriétaires du Domaine de l’érable, mais n’a pas caché sa déception de devoir entamer de nouvelles recherches pour une autre salle qui serait encore disponible l’été prochain. « Beaucoup de mariages prévus en 2020 ont déjà été reportés en 2021, alors bonne chance pour recommencer à zéro les démarches pour trouver une nouvelle salle l’année prochaine, surtout dans les mêmes prix », mentionne celle qui se dit prête à patienter jusqu’en 2022 avant de se marier si cela lui permet de le faire dans cet « endroit idéal » qu’est le Domaine de l’érable. « J’ai un rêve de calèche et ce n’est pas partout que c’est offert. Alors, si ça se trouve, ça va peut-être se passer là quand même, si la reconstruction a lieu. »

Au moment d’écrire ces lignes, la famille Bazinet n’était pas encore en mesure de donner une idée du moment où elle prendrait une décision finale quant à l’avenir de l’entreprise familiale.

image