22 décembre 2016
L’Intrigue : nouvelle librairie en plein centre-ville
Par: Olivier Dénommée
Les trois copropriétaires Nadia Collard, Louise Desautels et Diane Marquis ne se voyaient pas ouvrir leur librairie ailleurs qu’au centre-ville de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les trois copropriétaires Nadia Collard, Louise Desautels et Diane Marquis ne se voyaient pas ouvrir leur librairie ailleurs qu’au centre-ville de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Officiellement ouverte depuis octobre au 415, avenue de l’Hôtel-Dieu, la librairie L’Intrigue a procédé à son inauguration le mois suivant, en présence de 70 personnes, dont plusieurs curieux de savoir ce que cette nouvelle librairie avait de plus à offrir.

« C’est convivial, chaleureux, on se sent chez nous et on a le goût de rester longtemps; voilà les commentaires qu’on nous a faits le plus souvent », se réjouissent les trois copropriétaires, Nadia Collard, Louise Desautels et Diane Marquis. Après dix ans à travailler ensemble, dont « neuf et trois quarts » à penser à ce qu’elles feraient dans leur propre librairie, elles ont décidé, en janvier, d’aller de l’avant et de lancer leur entreprise. « On se connaît bien, on connaît le produit, on connaît les représentants et les distributeurs : c’est pas comme si on était des nouvelles venues qui partaient de zéro », remarque Nadia Collard qui croit que cela a beaucoup aidé au démarrage de l’entreprise dans un monde où les ventes de livres sont en diminution. Car malgré le contexte difficile, personne n’a cru que le projet des trois amies était irréaliste. « Au contraire, on a reçu beaucoup de tapes dans le dos pour aller de l’avant. »

Un besoin à combler

L’Intrigue n’est ouverte que depuis peu, mais les opportunités pleuvent de toutes parts. « Les gens ont des idées et veulent collaborer avec nous. À peine la boutique ouverte, on nous a approchées pour la Magie de Noël! Il y avait clairement un besoin à combler au centre-ville », croient les propriétaires qui ne sont pas peu fières de l’emplacement de choix de la librairie, près des principales salles de spectacles de la ville et au bord de l’eau. 

Ses dimensions de 200 m2 permettent de moduler l’espace selon les besoins et les activités organisées. On y trouve un coin dédié aux illustrateurs – au moment de la rencontre, le coin présentait les œuvres de Philippe Béha -, un autre pour les artisans, un avec une table et des bancs pour les enfants… Il y a même un piano droit dans la librairie, sur lequel les visiteurs jouent à l’occasion quelques notes. « Un de nos buts, c’est faire un coin pour les auteurs maskoutains », planifie Diane Marquis. 

Quant à la décoration particulière de L’Intrigue, « tout est récupéré ou recyclé », affirme-t-elle avec fierté. 

« Nous sommes à la base une librairie de quartier », rappelle Louise Desautels, qui constate tout de même qu’il y a peu de librairies indépendantes en Montérégie, ce qui pourrait attirer une clientèle extérieure à Saint-Hyacinthe, surtout la fin de semaine. « On est là pour tout le monde qui aime les livres et l’art », ajoute-t-on. 

En ce moment, L’Intrigue tient un inventaire d’environ 3 700 livres différents, et reçoit déjà plusieurs demandes spécifiques pour l’achat de nouveaux livres. Et malgré le marché difficile, les trois copropriétaires sont catégoriques : elles ne veulent pas vendre autre chose que des livres, des produits d’artisans et des produits d’éditeurs. « Notre façon de penser est le livre au cœur de tout », confirme Nadia Collard.

Le défi de L’Intrigue sera de maximiser sa visibilité au fil des prochains mois et de confirmer ses opportunités de partenariats pour officiellement s’ancrer dans la vie du centre-ville de Saint-Hyacinthe. L’objectif semble déjà sur la bonne voie.

image