15 août 2019
Centre de congrès
L’œuvre sera signée Guy Laramée
Par: Maxime Prévost Durand

L’œuvre de Guy Laramée que l’on retrouvera sous le grand escalier du Centre de congrès d’ici mars 2020. Photo gracieuseté

On connaît finalement l’identité de l’artiste qui signera l’œuvre d’art public du Centre de congrès de Saint-Hyacinthe. Au terme du processus de sélection, le Montréalais Guy Laramée a été celui dont le projet a été retenu. L’œuvre devrait être installée en mars 2020.

publicité

La thématique des Orgues Casavant, joyau maskoutain qui célèbre cette année son 140e anniversaire, devait être au cœur du projet, tel que spécifié dans le devis technique fourni par la Ville de Saint-Hyacinthe dans le cadre de sa Politique d’art public. En ce sens, Guy Laramée a présenté « La Maison des vents », une sculpture qui intègre à la fois des tuyaux d’orgue à sa base et, au-dessus, un paysage qui rappelle les orgues naturels à flanc de montagne qui résonnent au souffle du vent.

« C’est en pensant au fait que les premiers orgues ont été les cornemuses des bergers, et en me rappelant que Casavant Frères a fleuri dans un milieu agricole que m’est venue l’idée de ce projet », mentionne l’artiste dans la description de son approche conceptuelle.

Outre la base qui fait référence à l’orgue lui-même, les paysages montagneux représentés au haut de l’œuvre ont une connexion naturelle et directe avec l’instrument aux yeux de son créateur, qui s’est inspiré notamment d’endroits comme La chaussée des géants en Irlande et l’orgue basaltique en Islande. Dans son cheminement créatif, il y trouve même un lien avec le nom Casavant. « L’orgue a besoin du vent, mais le vent pense qu’il n’a pas besoin de l’orgue. Le vent pense qu’il peut siffler tout seul. Mais même sur la montagne, c’est contre les roches que le vent produit sa musique. […] Le vent a besoin d’elle. La montagne est sa maison. “La Maison des vents” / “Casa de los vientos” / “Casa-Vent” », écrit M. Laramée.

Cette œuvre en trois dimensions prendra place sous le grand escalier que l’on retrouve à l’entrée principale du Centre de congrès. Haute de près de 12 pieds à sa pointe, elle sera notamment construite à partir de tuyaux en bois de peuplier pour reproduire ceux de Casavant Frères. Les prochains mois seront d’ailleurs consacrés à la fabrication des différents éléments de l’œuvre, le plus colossal étant l’orgue lui-même. Ce travail s’entamera dès les prochaines semaines et se poursuivra jusqu’en décembre, selon l’échéancier prévu. L’assemblage de l’œuvre, le travail de finition, puis son installation au Centre de congrès seront les dernières étapes, en début d’année 2020.

Sur le plan financier, l’acquisition de l’œuvre coûtera à elle seule un montant de 163 000 $ (187 409 $ avec taxes), a précisé la directrice des communications de la Ville, Brigitte Massé. L’ensemble du projet était quant à lui estimé à plus de 195 000 $ afin de couvrir les frais associés au processus de sélection, dont la confection des maquettes par les artistes retenus pour soumissionner.

À ce niveau, trois autres artistes avaient été invités à soumettre une maquette de leur projet, mais seulement deux d’entre eux ont complété le processus. On retrouvait le Montréalais Laurent Lamarche, dont une œuvre avait été exposée à Saint-Hyacinthe l’automne dernier dans le cadre d’ORANGE, l’événement d’art actuel, de même que le Longueuillois Guillaume Boudrias-Plouffe.

Il s’agit pour la Ville de Saint-Hyacinthe de la première application de sa Politique d’art public. Pour ce faire, elle a fait appel au Service d’intégration des arts du Québec du ministère de la Culture et des Communications afin d’avoir accès à sa banque de candidatures d’artistes. Elle a ensuite sélectionné des artistes de la Montérégie, de l’Estrie et de Montréal, inscrits au fichier 3-D et disponibles pour créer des œuvres d’art public, afin de les inviter à soumettre un projet.

image