28 juin 2012
Un tunnel à quatre voies pour 28,7 M$
L’opportunité ou le monstre?
Par: Le Courrier

Les conseillers Bernard Barré et David Bousquet ne sont pas surpris des coûts estimés par le CN pour construire un tunnel à quatre voies sur le prolongement du boulevard Casavant Ouest, qui doit traverser la voie ferrée.

Les résultats de l’étude menée par la compagnie ferroviaire établissent à 23 M$ la construction d’un tunnel, un montant auquel la Ville doit ajouter une part de 5 M$ pour aménager la liaison entre le boulevard et le tunnel.

Selon David Bousquet, jusqu’à 40 % des 23 M$ prévus seraient destinés à l’aménagement de la voie ferrée de contournement sur près d’un kilomètre, le CN exigeant que ses locomotives circulent librement pendant les travaux.L’impact sur les taxes foncières des Maskoutains serait bien réel si la Ville devait aller de l’avant avec ce projet. Le compte de taxes des Maskoutains pourrait augmenter de 0,04 $ à 0,06 $ par tranche de 100 $ d’évaluation, selon des modèles préliminaires. En tenant compte de l’évaluation moyenne des résidences, ce sont entre 86 $ et 121 $ par année qui s’ajouteraient au compte de taxes des propriétaires.Si Bernard Barré et David Bousquet s’entendent pour dire qu’il doit revenir à la population de décider entre le projet d’un tunnel et celui d’un passage à niveau, la façon dont ils souhaitent procéder diverge dans le temps et dans la forme. « L’important, compte tenu de l’impact sur le portefeuille du citoyen, c’est que la population soit consultée. On a mis beaucoup d’efforts pour garder le compte de taxes bas et là, on arrive avec un monstre. Il faut mesurer et évaluer le monstre. Et il n’est pas question qu’on tienne un référendum. Un sondage sérieux nous donnera l’heure juste », a établi M. Barré.Lui-même, en tant qu’utilisateur de ce nouveau tronçon, se dit farovable à l’établissement d’un tunnel malgré l’augmentation du compte de taxes, mais il doute fortement qu’une majorité de la population soit du même avis.« On sait que le CN devrait s’engager à défrayer 15 % du 23 M$, mais nous n’avons pas encore cette entente entre les mains. De même, il y a une ouverture pour obtenir des subventions du côté fédéral, mais il faut d’abord obtenir l’aval du gouvernement provincial. Il me semble qu’un montage financier plus clair est nécessaire avant de demander aux gens de faire leur choix », note pour sa part M. Bousquet, qui privilégie davantage l’idée d’un référendum et souhaite le tenir plus tard, lorsque toutes les informations pertinentes seront connues. Or, la rencontre avec Québec n’a pas eu lieu et le déclenchement d’une élection pourrait la reporter aux calendes grecques. Le conseiller Barré a même déjà jeté la serviette.« J’avais mis certains collègues au défi de trouver des subventions et ils ont fait chou blanc. Ça ne me surprend pas étant donné le contexte économique et la position de Saint-Hyacinthe sur l’échiquier politique », a-t-il dit.« Il faut consulter la population au plus vite, a insisté M. Barré. Moi, je serais prêt à faire le sondage demain matin. Ça va faire le niaisage. Il est inutile de rêver en couleur : onn’en aura pas de subventions! On attend après un mirage. J’en ai ras le pompon.  »Mais là où Bernard Barré voit un monstre, David Bousquet voit plutôt l’opportunité. « On s’entend tous pour dire que le tunnel serait la meilleure option, mais cette option implique des sacrifices. Si nous pouvons réduire les coûts annuels de ce projet, en étalant l’emprunt sur plus de 20 ans ou en obtenant une subvention, nous aurons l’option d’augmenter les taxes, mais aussi de couper ailleurs dans nos budgets par un exercice de priorisation. » Ainsi, selon le conseiller Bousquet, le jeu en vaut toujours la chandelle. « Les dernières projections réalisées nous indiquent que le trafic ferroviaire pourrait entraîner sur le boulevard Casavant Ouest des congestions dignes de l’autoroute métropolitaine dans cinq ans à peine si l’on choisit d’y aménager un passage à niveau. Payer pendant 40 ans pour un projet qui aura des impacts positifs sur 100 ans me semble profitable, mais ce sera aux citoyens de décider. »

image