13 juin 2019
Au Championnat du monde junior d’haltérophilie
Magalie Roux, meilleure leveuse canadienne
Par: Maxime Prévost Durand

Les trois athlètes de La Machine Rouge au Championnat du monde junior d’haltérophilie, Magalie Roux, Andréanne Messier et Pierre-Alexandre Bessette, en compagnie des entraîneurs du club maskoutain Denis Desgranges et Yvan Darsigny. Photo Facebook La Machine Rouge

La Maskoutaine Magalie Roux a profité de sa dernière présence au Championnat du monde junior pour réaliser la meilleure performance canadienne chez les filles. Avec une 6e place dans la catégorie des 64 kg, la représentante du club La Machine Rouge est repartie des îles Fidji, où se déroulait la compétition, avec le sentiment du devoir accompli.

Publicité
Activer le son

À l’arraché, elle a enregistré 85 kg, tandis qu’à l’épaulé-jeté, elle a soulevé 108 kg, pour un total de 193 kg. « J’ai réussi le même total qu’au championnat canadien et c’était la meilleure marque que j’avais faite dans cette catégorie », a commenté Magalie, à son retour au pays, visiblement satisfaite du résultat.

Au cours de la dernière saison, elle s’était promenée entre les catégories des 64 kg et des 71 kg à la suite du changement de catégories orchestré par la Fédération internationale d’haltérophilie. Dans l’ancien système, elle était chez les 69 kg. En vue du Championnat du monde junior, elle avait réussi sa qualification chez les 64 kg.

« J’ai réussi quatre essais sur six, donc je suis contente, même si mon but était de battre mon record personnel, toutes catégories confondues. J’ai essayé de faire 88 kg à l’arraché, ce que j’avais déjà fait chez les 69 kg, mais je n’ai pas réussi. La perte de poids que j’ai dû faire pour la compétition [NDLR, elle a fait le poids à 64 kg tout juste] m’a peut-être limitée un peu. À l’épaulé-jeté, j’ai essayé une barre à 110 kg à mon dernier essai, qui est une barre que je fais chaque semaine à l’entraînement, mais je l’ai ratée. Je suis quand même contente parce qu’en étant chez les 64 kg, avec le total que j’ai fait, ça m’a permis de terminer 1re parmi les Canadiennes au classement Sinclair. Ça finissait bien ma carrière junior. »

Andréanne Messier et Pierre-Alexandre Bessette

Deux autres membres de La Machine Rouge, les Maskoutains Andréanne Messier et Pierre-Alexandre Bessette, ont aussi pris part à ce Championnat du monde junior. C’était également pour eux une dernière opportunité de briller chez les juniors sur la scène internationale.

Pour Andréanne, les choses ne se sont pas déroulées exactement comme elle l’aurait souhaité, même si elle a terminé au 6e rang parmi les 14 athlètes de la classe des 71 kg. Il faut dire que, depuis le début de la saison, elle avait dans la mire de remporter une première médaille internationale, un objectif qui était atteignable selon ses standards. Malheureusement, elle n’a réussi que deux de ses six essais, ce qui l’a empêchée d’atteindre le niveau espéré.

Au total, elle a enregistré 200 kg, soit 90 kg à l’arraché et 110 kg à l’épaulé-jeté, un résultat en deçà de ses attentes considérant qu’elle visait un cumulatif de 210 kg. Si elle avait réussi, la médaille de bronze aurait pu lui appartenir.

« Ce serait faux de dire que je ne suis pas déçue ou fâchée de ma performance, a-t-elle commenté. Cependant, on m’a fait réaliser que ça faisait partie du jeu d’échouer et que, si tu veux faire partie du 1 % des gagnants, le chemin ne sera pas toujours le plus beau, ni le plus facile ou le plus droit », a-t-elle poursuivi, assurant du même coup qu’elle allait se retrousser les manches et se relever de cette épreuve.

De son côté, Pierre-Alexandre a retrouvé le même classement que l’an dernier en terminant à nouveau en 8e place chez les 96 kg, avec un total de 329 kg. Il a réussi cinq de ses six essais, soulevant 157 kg à l’arraché puis 172 kg à l’épaulé-jeté.

« Mon but était de répéter ce que j’avais fait l’an dernier, a-t-il soutenu. Ça a été une année plutôt dure à cause des blessures. Même si j’ai fait 3 kg de moins au total, je suis satisfait parce que je ne pensais pas me rendre là encore cette année. »

Quelques semaines plus tôt, il avait d’ailleurs tenté seulement un essai à chacun des mouvements lors du championnat canadien senior pour obtenir un classement sans aggraver sa blessure. Il avoue qu’il trainait encore quelques bobos lors du rendez-vous à Fidji, mais rien pour l’empêcher d’offrir un bon niveau de compétition.

Avec trois participations au Championnat du monde junior, Pierre-Alexandre se dit maintenant prêt pour la prochaine étape. « Ce sont de belles expériences que j’ai pu vivre en vue d’une carrière senior », a-t-il conclu.

image