24 octobre 2019
Mario Tessier a trouvé sa voix
Par: Maxime Prévost Durand

Mario Tessier montera ce soir sur la scène du Cabaret André-H.-Gagnon pour présenter son deuxième spectacle solo, Transparent. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

L’expérience du premier show en solo a été pour Mario Tessier une mise en danger autant qu’une émancipation. Cela a permis à l’ancien des Grandes Gueules de trouver sa propre voix, si bien qu’il revient à la charge avec un second spectacle intitulé Transparent, lequel sera présenté en rodage ce soir au Cabaret André-H.-Gagnon du Centre des arts Juliette-Lasssonde.

publicité

Il s’agit d’un deuxième passage à la salle maskoutaine ce mois-ci pour l’humoriste puisqu’il a coanimé la soirée Artistes en vitrine tenue au début octobre. Il avait d’ailleurs présenté un aperçu de son nouveau spectacle à cette occasion.

« Le premier spectacle était très théâtral, c’était un one-man-show vraiment plus à l’européenne, tandis qu’avec le nouveau, c’est du stand-up, avec un thème qui est la transparence et que l’on amène jusqu’au bout », a soutenu Mario Tessier, dans une entrevue accordée au COURRIER en marge de cette soirée.

S’il ose se mettre à nu dans Transparent, c’est principalement grâce à l’expérience qu’il a acquise avec son spectacle précédent, vu par plus de 100 000 personnes.

« Je pense qu’avec le premier show, j’ai trouvé qui je suis lorsque je suis seul sur scène, a-t-il mentionné. Je l’ai beaucoup aimé ce show-là. C’était un peu plus une carte de visite pour voir si Mario Tessier tout seul, ça peut exister et, en même temps, rentrer ça un peu dans la tête des gens qui m’avaient vu en duo [avec Josée Gaudet] toute ma vie. »

Avec Transparent, il se montre prêt à passer à la prochaine étape. On découvre notamment un Mario Tessier qui n’hésite pas à tomber dans l’autodérision, qui parle de son impatience et de son hyperactivité cérébrale – « ça n’arrête jamais de spinner dans ma tête », dit-il – dans ce qu’il considère comme « un genre de thérapie collective de 90 minutes, sans entracte ».

Pour préparer ce spectacle, l’humoriste est retourné à la base, c’est-à-dire jouer dans les bars. « Je l’ai fait parce que j’aime ça jouer. Ça m’a permis d’être confronté aux jeunes humoristes et à la nouvelle musique de l’humour – parce que pour moi l’humour, c’est une musique – dont le rythme a beaucoup changé dans les cinq dernières années. »

Il remarque d’ailleurs que le public, bien plus qu’avant, est à la recherche d’une vérité dans ce qu’on lui présente sur scène. « C’est ce qui nous fait rire maintenant. On est tellement phoney avec tout ce qui nous entoure. Sur Instagram, c’est dont extraordinaire, ça va dont bien tout le temps, mais c’est de la marde ça, c’est juste des filtres. On se met des filtres pour se faire croire que ça va bien. Dans le spectacle, j’essaie de montrer les vraies choses. »

Bien que le titre du spectacle soit Transparent, il a appris à ses dépens qu’il n’est pas bon de l’être tout le temps, comme il le dévoile sur scène. « C’est le gars de 48 ans que je suis qui aspire à dire plus ce qu’il pense à tout le monde tout le temps, mais qui se rend compte que c’est bien plus un vœu qu’autre chose parce que tu ne peux pas toujours dire la vérité. Ce serait le chaos sur la planète sinon. Mais pour l’exercice du spectacle, je l’ai essayé. »

En plus de monter sur la scène du Cabaret André-H.-Gagnon ce soir, Mario Tessier reviendra au Centre des arts Juliette-Lassonde le vendredi 17 avril, dans la salle Desjardins cette fois.

image