15 août 2019
Carte blanche
Mauvais coup du sort?
Par: Pierre Bornais
publicité

C’est ce qu’il serait possible de conclure à la suite de l’intervention du maire Corbeil concernant la « surverse » désastreuse des eaux usées dans la Yamaska le 26 juillet. Mais certains citoyens et citoyennes sont dubitatifs, même si seulement quelques-uns ont publiquement manifesté leur scepticisme.

Non sans raison d’ailleurs, car l’attitude du maire concernant les dommages collatéraux infligés à la faune et à la flore rappelait une vieille attitude concernant la Yamaska.

Longtemps considéré comme une autre forme de l’égout municipal – et des municipalités en amont -, ce cours d’eau prend pourtant de plus en plus d’importance pour les citoyens. Cet accident est le plus récent épisode de rejet à la rivière des eaux usées et, à moins que les citoyens qui en sont témoins n’alertent la population, rien n’assure que l’administration le fera de son propre chef.

Au cours de la dernière campagne à la mairie, M. Corbeil faisait publiquement part de son intention de travailler pour accroître la population à 60 000 habitants. L’objectif est noble, mais comment le remplir sans mettre en danger les acquis de la Ville concernant la gestion des eaux usées? Une chose est sûre, les Maskoutains n’accepteront pas que la qualité de leur environnement – et cela inclut la Yamaska – soit sacrifiée pour y parvenir.

Il est question, semble-t-il, de travaux majeurs au cours des prochaines années afin de mettre les structures à niveau. Mais il n’est pas suffisant de souhaiter ou d’espérer que cette problématique sera éventuellement prise en compte par les spécialistes en vue de les réaliser. Il faut le prévoir et l’imposer en amont si nécessaire, pour éviter de revivre une situation aussi catastrophique pour l’environnement. Et profiter de l’occasion pour prendre position concernant l’environnement dans notre milieu de vie!

image