20 septembre 2012
Maxime Bernier rencontre le milieu d’affaires maskoutain
Par: Jean-Luc Lorry

Le ministre d’État à la Petite entreprise et au Tourisme à Ottawa, Maxime Bernier, était de passage la semaine dernière à Saint-Hyacinthe pour prendre le pouls du milieu d’affaires en vue du prochain budget fédéral. Il s’est même arrêté au COURRIER.

publicité

« Dans le cadre de ma tournée estivale des régions du Québec, j’ai participé à une table ronde avec des gens d’affaires de la région. Lors de cette rencontre, il m’a été signalé qu’il manque de la main-d’oeuvre qualifiée dans différents secteurs », a indiqué le ministre Bernier sans dévoiler l’identité des dirigeants présents.

Pour remédier à cette situation, il propose comme piste de solution d’assouplir les règles en matière d’immigration pour les emplois temporaires. Maxime Bernier a occupé différentes fonctions de premier plan dans le gouvernement de Stephen Harper. En 2006, il fut nommé ministre de l’Industrie puis, l’année suivante, des Affaires étrangères. Il démissionna de ce poste prestigieux en 2008 à la suite de l’affaire Julie Couillard.

Le PQ au pouvoir

Maxime Bernier a été invité à réagir à la récente élection d’un gouvernement péquiste minoritaire.

« L’appui à la souveraineté du Québec est à son plus bas niveau. Ce n’est pas une priorité d’ouvrir la constitution en considérant les résultats de la dernière élection provinciale. Les Québécois ne veulent pas de chicanes constitutionnelles », considère le député conservateur de Beauce. « Je suis optimiste sur les futures relations entre Québec et Ottawa. Nous tendons la main à Pauline Marois pour travailler ensemble sur des objectifs communs », poursuit-il. La soirée électorale restera longtemps gravée dans les mémoires. Un attentat au Métropolis qui a fait un mort et un blessé avait bouleversé le discours de victoire de la première ministre fraîchement élue. « Ce geste est inacceptable dans un pays démocratique. Un individu qui s’exprime avec un fusil plutôt qu’avec sa parole ne sera jamais entendu au Canada », a estimé M. Bernier.

Rare visite ministérielle

Selon nos archives, la dernière visite à Saint-Hyacinthe d’un ministre fédéral (sans considérer la campagne de 2011) remonte à février 2009, où le ministre Denis Lebel avait profité d’un passage en Montérégie pour annoncer une contribution remboursable de 70 000 $ aux Aliments Flavio.

Depuis, ce ministre conservateur aux multiples fonctions (ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec) se fait régulièrement remplacer lors d’annonces gouvernementales locales, par le député conservateur de Lotbinière-Chutes-de-la-Chaudière, Jacques Gourde. « Nous sommes seulement cinq députés conservateurs au Québec , dont quatre ministres. Je pense que c’est souvent une question d’agenda », croit le ministre Bernier.Dernièrement, pour annoncer la contribution fédérale qui pourrait atteindre 11,4 M$ dans la réalisation de la phase II du projet de biométhanisation des résidus organiques, Ottawa avait délégué le sénateur Jean-Guy Dagenais.

image