30 août 2012
Méditation électorale
Par: Le Courrier

À première vue, il semble exister une grande distance entre la prière et la politique. Mais le psaume 100,* qui est un psaume de David, nous présente le portrait d’un personnage politique vertueux. Ce texte ancien peut, je crois, éclairer nos choix politiques, aujourd’hui.

À première vue, il semble exister une grande distance entre la prière et la politique. Mais le psaume 100,* qui est un psaume de David, nous présente le portrait d’un personnage politique vertueux. Ce texte ancien peut, je crois, éclairer nos choix politiques, aujourd’hui.

Sur quoi insiste ce psaume? D’abord sur la qualité morale de la vie personnelle, sur l’écoute de la conscience (v.2), sur l’éloignement de toute méchanceté et de toute injustice (vv.3-4). Il touche également les réalités publiques et sociales, la lutte contre la calomnie, la délation, le faux témoignage judiciaire (vv 5-8). Il faut prendre garde aux gens qui ont le regard hautain, le coeur ambitieux (v.5), aux gens menteurs ou fraudeurs (v.7). Évidemment, ce psaume ne dit pas pour qui nous devons voter, mais il donne quelques repères qui nous aideront à faire un choix éclairé. Il nous invite surtout à ne pas séparer notre tradition de foi du choix que nous ferons le 4 septembre. Nous vivons dans un temps où les défis sont immenses, nous avons besoin non seulement d’information, mais aussi de sagesse, de discernement. Voter n’est pas seulement un droit, mais un devoir. * (ou Psaume 101 selon la Bible)

+ François Lapierre, p.m.é. Évêque du Diocèse de Saint-Hyacinthe

image