14 juin 2012
Merci, Ève Fontaine
Par: Le Courrier

Récemment, la ville de Saint-Hyacinthe a perdu l’un de ses attraits culturels les plus stimulants et ressourçants.

Récemment, la ville de Saint-Hyacinthe a perdu l’un de ses attraits culturels les plus stimulants et ressourçants.

À cause de circonstances aussi malheureuses qu’imprévues, madame Ève Fontaine a dû fermer la belle galerie d’art qu’elle dirigeait depuis quelques années, bien secondée par son époux.Si l’art a une finalité en ce monde, c’est bien de nous aider à vivre. En cette époque de multiplication des crises sociales, environnementales et économiques, une visite en ce lieu nous faisait déjà goûter à une liberté nouvelle. L’intuition artistique va en effet au-delà de ce que perçoivent les sens, et, en pénétrant la réalité, elle s’efforce d’en interpréter le mystère caché. En cherchant la vérité profonde des choses, la vérité totale, l’artiste veut ouvrir une fenêtre à notre esprit aspirant à l’infini. Car l’art n’est pas une fin en soi, dans la perspective d’une vie humaine. Il est et doit être une échelle qui fait monter jusqu’au sommet ultime de notre être, à Dieu.Spécialisée en art contemporain, madame Fontaine nous proposait des œuvres de créateurs québécois fort talentueux. Elle ménageait une belle part à de jeunes aspirants à la créativité parfois surprenante, voire déroutante; merci pour ce noble effort! Mais elle savait aussi nous ravir par des tableaux et sculptures d’artistes au rayonnement international déjà bien établi. Des visiteurs venaient régulièrement de loin pour contempler cette galerie, échanger des points de vue avec la propriétaire aimable et passionnée et vivre ainsi une expérience qui ne nous laissait jamais intacts.Notre monde se dit volontiers voué à la recherche de l’ « authentique ». Dans les faits, il a souvent bien de la difficulté à apprécier autre chose que la surface, l’artifice. Merci, Ève, d’avoir discrètement défié nos vies en devenant une ambassadrice de la beauté au cœur de notre ville. La seule vraie beauté : celle qui révèle l’être…

Éloi GiardSaint-Simon

image