28 mai 2020
Mitsubishi RVR 2020 : revu et corrigé
Par: Marc Bouchard

Photo Mitsubishi

Photo Mitsubishi

Le Mitsubishi RVR a connu du succès. Pas autant que certains l’auraient souhaité, mais plus qu’un succès d’estime. L’arrivée du Outlander PHEV et du nouvel Eclipse Cross ont cependant menacé de reléguer le RVR au troisième rang de la famille (qu’il domine toujours). Normal, me direz-vous, pour un véhicule dont la mécanique date quand même de tout près d’une décennie.

Publicité
Activer le son

En 2020, le constructeur nippon a fait le choix de réviser considérablement le petit multisegment. Pas de changement mécanique en vue cependant, mais une nouvelle allure et un plus grand raffinement esthétique. La plateforme, sous la robe, demeure toujours la même.

Physiquement, le Mitsubishi RVR a subi de grands changements, surtout dans la partie avant. Nouvelle grille de calandre, nouveaux blocs optiques et, dans l’ensemble, une allure plus dynamique sont désormais la carte de visite du petit RVR. Des appliques de chrome et une partie arrière légèrement remaniée font aussi partie des grandes nouveautés de cette version 2020.

L’habitacle n’a pas non plus changé à outrance. On a bien amélioré les matériaux et la finition, mais dans l’ensemble, les grandes lignes sont les mêmes. On apprécie la présence de nouvelles couleurs disponibles, et celle d’un écran tactile de 8 pouces offert de série sur toutes les versions du RVR. Ô bonheur, le tout est désormais totalement compatible avec les Android Auto et Apple Car Play de ce monde.

Dernier détail, et non le moindre pour ceux qui aiment bien le sentiment de liberté, le RVR peut se doter d’un toit ouvrant panoramique aux dimensions imposantes, rendant le toit quasiment totalement transparent, laissant pénétrer une abondance de lumière dans l’habitacle.

Motorisation sans surprise

La bonne nouvelle, même si on ne les a pas changées, c’est que le RVR de Mitsubishi conserve son offre de deux motorisations. La version de base dispose d’un moteur 4 cylindres 2,0 litres développant quelque 148 chevaux (et 145 livres-pied de couple), alors que les amateurs de plus de puissance pourront opter pour le moteur 4 cylindres, 2,4 litres de 168 chevaux et 167 livres-pied de couple. C’est d’ailleurs ce dernier qui a fait l’objet de notre essai.

Dans les deux cas, ils sont jumelés à une boîte automatique à variation continue, qui n’est pas sans reproches, il faut bien l’avouer. Elle donne la sensation parfois de tarder à se mettre en route et ne réussit pas à transmettre avec autant d’enthousiasme qu’on le souhaiterait la puissance aux roues.

Notons enfin que le RVR est aussi offert avec le rouage intégral AWC, un des meilleurs du genre sur le marché pour ce type de véhicule. Voilà certes un des endroits où Mitsubishi a su se démarquer.

Sur la route

Ne cherchez pas le grand frisson au volant du Mitsubishi RVR 2020. Il est agréable en conduite, mais se réserve essentiellement à une virée urbaine plutôt qu’à une spectaculaire randonnée sur des routes trop accidentées. Et les autoroutes sont confortables à son volant (l’insonorisation notamment est correcte), mais les mouvements rapides et les dépassements agressifs ne font pas partie de son palmarès.

En revanche, la rigidité du châssis garantit une promenade confortable, et la relative sensibilité des suspensions améliore aussi le confort des occupants. On aimerait peut-être un peu plus de connexion avec la direction, mais dans l’ensemble, la conduite du RVR est honnête et sans surprise.

Les changements du RVR 2020 suffiront-ils à lui valoir une nouvelle popularité? Sans doute, cela contribuera-t-il à en améliorer l’appréciation. Mais un tour à son volant risque de vous rappeler que la compétition est forte dans ce créneau.

image