15 septembre 2011
Molle mobilisation
Par: Martin Bourassa

L’industrie du meuble au Québec, particulièrement dans la région de Saint-Hyacinthe, traverse une longue mauvaise passe. Ce n’est pas nouveau.

Publicité
Activer le son

L’industrie du meuble au Québec, particulièrement dans la région de Saint-Hyacinthe, traverse une longue mauvaise passe. Ce n’est pas nouveau.

Les statistiques confirment le déclin continu du secteur. Selon les données avancées par le Centre local de développement Les Maskoutains, ce secteur a connu une perte réelle de 23 800 emplois au Québec entre 2001 et 2010, dont pas moins de 1 116 emplois dans notre seule MRC. Le directeur général du CLD, Mario De Tilly, utilise le terme « hémorragie » pour qualifier la situation. Il n’a pas tort.Ce qui est nouveau par contre, c’est un semblant de mobilisation régionale afin de sensibiliser les gouvernements supérieurs, lire Québec et Ottawa, à l’urgence d’agir. Le CLD, trois députés, le maire de Saint-Pie et les présidents des entreprises Dutailier et Lacasse ont signé conjointement une missive réclamant un peu de flexibilité et de support, dont la reconduite de deux programmes administrés par Investissement Québec. Ces derniers ont pris fin en mars. Nous sommes en septembre…Mis à part ce manque de synchronisme, ils ne réclament pas la lune.Pourquoi écrire un « semblant » de mobilisation? Parce que l’exercice ne paraît pas tellement convaincant. Nos intervenants ont manqué une belle occasion de frapper un grand coup, de faire preuve de réelle unité. Pour que l’exercice porte et que le message résonne, il aurait fallu réunir tout ce beau monde à Saint-Pie et inviter la presse régionale et nationale. Orchestrer une belle opération de relations publiques où l’on aurait donné l’heure juste sur la situation des PME de l’industrie du meuble, sur les impacts appréhendés par la longue descente aux enfers du secteur et sur les solutions proposées. En lieu et place, le CLD local s’est contenté d’envoyer à la sauvette un communiqué par l’intermédiaire du courrier électronique. Pire, on a accordé la semaine dernière autant d’importance à l’envoi de ce communiqué qu’à l’envoi d’un autre annonçant, lundi, la mise en ligne d’un répertoire agrotouristique.Et pas plus tard que lundi, notre députée fédérale s’est présentée à Saint-Pie sans aucun signataire de la lettre. Comme mobilisation régionale, on a déjà vu mieux, non?C’est incompréhensible vu l’importance de la crise qui frappe l’industrie du meuble et qui secoue les entreprises de la région. Vu la catastrophe appréhendée, une sortie énergique et concertée de tous les acteurs du milieu s’imposait. Pas un semblant de mobilisation qui ressemble à une tentative préventive de sauver la face en cas de catastrophe majeure comme la fermeture éventuelle de l’une de nos PME.On ne se contera pas d’histoire, la perte d’un employeur de qualité comme Lacasse ou Dutaillier serait un véritable désastre pour l’économie régionale.Et même si leurs dirigeants tiennent officiellement des propos rassurants, ces entreprises restent très fragiles. Et elles pourraient l’être davantage si le Canada retombe bientôt en récession ou encore avec la mise en place du plan de relance économique du gouvernement Obama. Un plan qui pourrait se traduire par un repli stratégique ($$$) des entreprises américaines encore présentes au Québec.

image