26 septembre 2019
entre les lignes
Mon brownface
Par: Le Courrier

Je n’ai pas été choqué une seule minute par cette photo du premier ministre Justin Trudeau arborant un brownface et un accoutrement d’Aladdin quand il avait 29 ans. Suis-je normal ou insensible?

Publicité
Activer le son

La nouvelle a été abondamment commentée (pour ne pas dire trop) et nous en rajoutons une dernière couche dans notre couverture électorale de cette semaine, à la suite de la visite du chef conservateur Andrew Scheer à Saint-Hyacinthe, où le sujet a malheureusement monopolisé l’attention.

Ce que j’en pense? Beaucoup de bruit pour rien, même à l’étranger puisque la presse internationale en a fait ses choux gras. Le premier ministre n’est pas raciste. Maladroit plus souvent qu’à son tour, assurément. Mais au final, cette controverse aura eu du bon. Plus personne ne pourra prétendre ne pas être sensible aux effets d’un black ou brownface. C’était bien différent dans le Canada et le Québec d’il y a 20 ou 30 ans, il me semble. Cette affaire ne devrait donc pas trop ternir l’image de Justin Trudeau à en croire les sondages. S’cusez-la!

Confidence pour confidence, j’ai déjà arboré le brownface. C’était dans le cadre d’une fête d’Halloween à la polyvalente Marie-Rivier à Drummondville en 1986 si ma mémoire est bonne puisqu’aucune photo n’a immortalisé le tout. Pas à ma connaissance en tout cas.

Je portais l’innocence de mes 15 ans en plus d’un bermuda fleuri, d’un collant et d’un col roulé noirs. J’étais déguisé en naufragé tamoul ou quelque chose du genre. Pas fort, je sais.

Mais j’ai pour moi l’excuse de la jeunesse et le fait que je ne suis pas premier ministre du Canada et n’aspire pas à l’être. Sachez aussi que je n’ai jamais eu envie de répéter l’expérience, contrairement à Justin Trudeau.

L’effet dissuasif dans mon cas aura été la séance de nettoyage après le party. Mon maquillage fait à l’aide d’un bouchon de liège brûlé a été quelque chose à faire disparaître. J’ai braillé ma vie et scrappé une débarbouillette. Et je vous informe que danser des slows quand on porte le brownface, ce n’est pas trop recommandé quand vient le temps des rapprochements de fin de soirée.

Mes excuses à Nathalie Dupont…

image