21 juin 2012
Combat revanche contre Dave Aucoin
« Mon meilleur combat chez les pros »
Par: Maxime Desroches
Marc Seyer estime que son jeune poulin, Michael Gadbois, est prêt à passer à l'étape suivante.

Marc Seyer estime que son jeune poulin, Michael Gadbois, est prêt à passer à l'étape suivante.

Le boxeur Michael Gadbois a poursuivi son parcours éclatant en défaisant l’Ontarien Dave Aucoin pour une seconde fois en moins d’un an lors d’un gala présenté au Chapiteau Maisonneuve, à Montréal, le samedi 16 juin.

Le Maskoutain a fait la loi d’entrée de jeu en envoyant son rival au tapis à deux reprises dès le premier round, grâce à deux solides crochets de la droite. Après un léger relâchement au deuxième round, Gadbois (7-0-0, 3 K.O.) a par la suite utilisé une belle variété de coups pour compléter le travail avant la fin des six rounds réglementaires.

Au cinquième assaut, un direct de la gauche a fortement ébranlé Aucoin (2-7-0, 1 K.O.), qui a été incapable de répliquer. Assommé, le pugiliste ontarien est demeuré dans les câbles et a forcé l’arbitre Dave Dunbar à stopper le combat. « Lors de notre premier affrontement, je l’ai envoyé au plancher au premier round, mais je n’avais pas l’expérience nécessaire pour bien terminer le combat. Il s’était empressé de dire qu’il avait manqué de temps pour se préparer et qu’il allait me battre dans un combat plus long (six rounds au lieu de quatre) », a raconté Gadbois au COURRIER.« C’est vrai qu’il était mieux préparé, et ça se voyait à la pesée. Mais moi aussi, j’étais prêt à aller à la guerre. J’estime que c’était mon meilleur combat chez les pros. »

Un spectacle enlevant

Bien dirigé par Marc Seyer, du Club de boxe de Saint-Hyacinthe, et par son partenaire d’entraînement des derniers mois Sébastien Gauthier, l’athlète de 25 ans a soulevé la foule avec de belles combinaisons.

« Tout en respectant le plan de match, Michael a été spectaculaire. Ses coups rentraient bien et il se déplaçait bien sur le ring. À entendre leur réaction, les spectateurs ont semblé apprécier sa prestation », a observé Marc Seyer.« Mettre son adversaire hors de combat dans les deux premiers rounds, c’est une chose. Mais le faire plus tard, quand ton niveau d’énergie est vers le bas et que la fatigue se met de la partie, c’est une belle preuve qu’il est prêt à faire de plus longs combats », a-t-il fait valoir.D’ailleurs, passer de six à huit rounds fait partie des objectifs à court terme du Maskoutain, dont le prochain duel pourrait avoir lieu avec le même promoteur, au mois d’août.« Interbox parle d’organiser une soirée de boxe à Québec en septembre. On ne nous a rien promis, mais il y a de fortes chances que Michael puisse y prendre part. Côté visibilité, ce serait une étape importante à franchir », a conclu l’instructeur Seyer.

image