6 juin 2019
Naissance du fonds du souvenir
Par: Le Courrier

Portail du souvenir du Champ d’honneur national du Fonds du souvenir, situé à Pointe-Claire. Photo gracieuseté

Lorsqu’on visite les pays européens, une chose frappe le regard de tous les Canadiens : la présence de nombreux cimetières militaires, lieux du dernier repos de milliers de soldats canadiens.

publicité

Pour la seule Première Guerre mondiale, plus de 66 000 militaires canadiens ont rougi de leur sang le sol européen; la reconnaissance de ces sacrifices par le gouvernement de la France est particulièrement éloquente lorsqu’on visite le majestueux mémorial de Vimy qui comprend plusieurs sépultures canadiennes.

Qu’en est-il au Canada? En l’absence d’une décision gouvernementale, il a fallu l’initiative de citoyens pour voir naître un cimetière militaire au Canada. Depuis le début du XXe siècle, le Fonds du souvenir œuvre afin d’assurer une sépulture décente principalement pour les militaires se trouvant en difficultés financières au moment de leur décès. C’est ainsi que l’on trouve des lots de sépultures militaires aux cimetières Mont-Royal et Notre-Dame-des-Neiges à Montréal.

De plus, depuis 1930, le Fonds du souvenir possède son propre cimetière à Pointe-Claire : le Champ d’honneur national (voir www.champdhonneurnational.ca/chn/monuments_fr). Bien que plus modeste par rapport aux cimetières canadiens en Europe, le Champ d’honneur national sert de dernier repos à plus de 22 000 militaires et leurs conjoint(e)s. Ce lieu est classé site historique national et vaut certainement le détour pour y méditer sur le sens profond de notre devise provinciale : JE ME SOUVIENS.

image