15 octobre 2020
Hockey midget AAA
Ne plus savoir sur quel pied patiner
Par: Maxime Prévost Durand

« Ce n’est agréable pour personne d’avoir à refaire des plans chaque semaine », laisse tomber l’entraîneur-chef des Gaulois, Marc-André Ronda. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Pour des raisons évidentes, la saison de la ligue midget AAA ne débutera pas comme prévu ce week-end pour les Gaulois de Saint-Hyacinthe. On croise toujours les doigts pour que les premiers matchs puissent être joués au début novembre, mais rien n’est moins sûr. Et ça commence à peser sur le moral des troupes de toujours avancer à tâtons.

Publicité
Activer le son

Comme bien des gens, l’entraîneur-chef des Gaulois, Marc-André Ronda, aimerait bien qu’on soit fixé une fois pour toutes. Quitte à officialiser le report du début de la saison en janvier plutôt que de continuellement repousser la date de la première mise au jeu.

« Ce n’est agréable pour personne d’avoir à refaire des plans chaque semaine », a-t-il lancé dans un entretien avec LE COURRIER, mardi matin.

Contrairement à la LHJMQ, qui a obtenu un statut particulier en étant reconnue comme ligue d’excellence au hockey par la santé publique et qui peut donc jouer des matchs réguliers, les équipes de la ligue midget AAA sont pour leur part considérées de la même manière que toutes les autres organisations de hockey mineur.

Pour éviter les déplacements d’une région à l’autre, il avait déjà été décidé que les matchs préparatoires restants des Gaulois se dérouleraient uniquement face aux Grenadiers de Châteauguay. Cela n’a pas tenu très longtemps puisque, peu de temps après, Châteauguay est tombé en zone rouge avec une partie de la Montérégie comprise dans la Communauté métropolitaine de Montréal et ces matchs sont tombés à l’eau.

Il avait alors été proposé par les différentes instances de hockey d’organiser des matchs entre les équipes d’une même ville, mettant en opposition les clubs midget AAA et collégiaux par exemple. Cette option a été étudiée par les Gaulois et les Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe, mais n’a pas donné lieu à des affrontements amicaux entre les deux équipes pour le moment.

« On n’a pas arrêté de décision à savoir si c’était la bonne chose à faire pour les jeunes, autant les nôtres [âgés de 15 à 17 ans] que ceux des Lauréats [de 17 à 20 ans]. D’un côté, tout le monde a hâte de jouer et, pour le développement des joueurs, il faut jouer des matchs, mais on ne sait pas si c’est le format [à privilégier] en ce moment », a soutenu Marc-André Ronda.

Les Gaulois ont donc plutôt disputé des parties intraéquipe pour faire jouer leurs athlètes dans un certain contexte de compétition. Mais maintenant que Saint-Hyacinthe passe au niveau d’alerte rouge elle aussi, tout devient encore un peu plus compliqué. Bien que les Gaulois pourront continuer de s’entraîner, l’équipe devra réunir uniquement les joueurs qui proviennent d’un même groupe-classe lors de leurs activités, tant sur glace qu’à l’extérieur de la patinoire, ou faire en sorte que les joueurs qui ne sont pas d’un même groupe-classe respectent la distanciation de deux mètres.

image