29 août 2013
Cégep de Saint-Hyacinthe
Noces de vermeil pour l’école de théâtre
Par: Émilie Madore

L’école de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe a procédé au lancement de sa saison théâtrale 2013-2014 dans la salle Léon-Ringuet le 22 août. La programmation de cette année marque d’ailleurs le 45 e anniversaire de la technique.

À la suite de consultations entre la cohorte de finissants de cette année et d’un comité d’orientation, la programmation 2013-2014 de l’école de théâtre offrira au public de la diversité assurée. « Il s’agit de la dernière année des étudiants de l’école de théâtre. C’est le moment où les volets interprétation et production collaborent afin de mettre à profit toutes les notions apprises au cours de la technique, le tout supervisé par des metteurs en scène actifs dans le milieu », a expliqué Odette Guimond, responsable de la coordination du département d’interprétation théâtrale.

Du 25 au 31 octobre, les étudiants entameront la série de spectacles de leur dernière année en présentant La nuit de Valognes, mise en scène de Gaétan Paré. Un défi qui semblait intéressant pour le metteur en scène lors de sa première lecture de la pièce. Cette histoire qui se passe au 18 e siècle met en lumière Don Juan qui doit se rendre à un bal, où d’anciennes conquêtes se trouvent. Il devra faire face à la vérité et révéler à tous les secrets de son coeur.« En premier lieu, j’ai accepté l’offre du Cégep dans le but de transmettre mes connaissances aux jeunes tout en effectuant un retour à l’école. Cette pièce est pour moi un anticasting puisque c’est un texte d’époque, mais soyez assurés que l’histoire ne se passera pas au 18 e siècle », annonce Gaétan Paré d’un air amusé.Les étudiants vont poursuivre cette saison du 13 au 19 décembre avec la pièce Minuit Chrétien de François Tilly. Mise en scène par Philippe Lambert, cette pièce dresse un portrait juste des réunions de famille qui tournent mal lors de la soirée du réveillon. « Bien que cet auteur soit d’origine française, il s’agit d’un hommage à la famille québécoise, confie le metteur en scène. Amenez vos matantes voir la pièce, vous ne vous ennuierez pas! »Mario Borges, quant à lui, aura la chance de mettre en scène Petites pièces à géométrie variable présentée du 14 au 20 mars 2014. Cette pièce va d’ailleurs servir de scènes d’audition au théâtre Quat’Sous. Mario Borges tenait à superviser pour une deuxième fois cette pièce d’audition, moment précieux pour les finissants de l’école de théâtre. Le Maskoutain d’origine se considère privilégié d’assister à cette 45 e saison et espère exploiter au maximum l’étendue du talent de la cohorte 2014 en donnant à ces pièces la couleur de chacun.Finalement, Isabelle Leblanc réalisera la mise en scène de Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès. « Il me fera plaisir de participer à la formation d’artistes de la relève. Alors que je ne connaissais pas beaucoup Koltès, je me suis plongée dans l’oeuvre qui m’était assez familière au final. La pièce est tragique, mais le rire prend sa place. C’est un cadeau pour moi d’être ici avec les étudiants parce que l’école est un lieu pour explorer, autant pour les élèves que pour nous », confie-t-elle.

Un brin de renouveau

En cette 45 e année d’existence de l’école de théâtre, le Cégep de Saint-Hyacinthe a décidé d’apporter de la nouveauté. L’agence créative maskoutaine Conceptö a travaillé à la création d’un nouveau logo devant représenter l’école de théâtre et ses deux options.

Conçue par Lucie Guillemette et Valtère Thériault, associés chez Conceptö, la nouvelle image de l’option théâtre traduit les deux volets avec clarté. « L’école de théâtre agit à titre de fer de lance au Cégep de Saint-Hyacinthe, nous avons investi plus d’un million de dollars dans l’amélioration de la scène afin d’en faire un laboratoire et une classe exceptionnelle pour les étudiants. J’étais présent à la 15 e saison, ça ne me rajeunit pas, a lancé à la blague le directeur général du Cégep de Saint-Hyacinthe, Roger Sylvestre. Faisons en sorte que cette belle lancée se poursuive », a-t-il terminé.

image