9 avril 2020
Le Courrier mélodique
Nos suggestions de la semaine
Par: Le Courrier

Dua Lipa - Future Nostalgia

vice E roi - L’enfer chez les autres

Louis-Jean Cormier - Quand la nuit tombe

Publicité
Activer le son

Dua Lipa – Future Nostalgia

Un regard vers le passé, un autre vers le futur, c’est ce que propose la Britannique Dua Lipa avec son second album Future Nostalgia. Mené par le méga succès « Don’t Start Now », elle replonge dans l’époque disco et la pop des années 1980, tout en conservant un son bien moderne parsemé d’une touche électro. Déjà prometteur avec les « Physical » et « Break My Heart » parues avant la sortie du disque, Future Nostalgia fait honneur aux attentes avec ses pièces dansantes du début à la fin, que ce soit la chanson titre en ouverture ou l’excellente « Hallucinate » à mi-parcours. L’un des meilleurs albums pop à avoir été lancé depuis longtemps.


vice E roi – L’enfer chez les autres

Lorsqu’on écoute ce premier album du duo vice E roi, c’est surtout le mélange des deux voix – celles de Jayana Auger et de Guillaume Lessard – qui émerveille. Magnifiées l’une par l’autre, leurs voix s’unissent et arrivent à l’oreille comme une caresse. Avec L’enfer chez les autres, vice E roi dévoile une galette de neuf chansons de folk planant, dont l’instrumentale « Les disparus » en ouverture. Les arrangements de « La myopie du cœur », avec une section de cordes en puissance, rappelle un peu Klô Pelgag, tandis que la dépouillée « Mille visages » fait penser à Safia Nolin. À découvrir!


Louis-Jean Cormier – Quand la nuit tombe

Aussi étonnant qu’impressionnant, ce troisième album de Louis-Jean Cormier voit l’artiste explorer des recoins musicaux qu’on ne lui connaissait pas jusqu’ici. Il délaisse la guitare qui l’accompagne habituellement au profit du piano et des synthétiseurs pour des mélodies plus groovy, parfois même enrobées d’une orchestration de cuivres, qui servent bien sa voix feutrée. Les textes sont des réflexions pertinentes sur des enjeux de société, habilement livrés avec des images fortes à partir de ses propres expériences, comme sur la pièce « Les poings ouverts » qu’il partage avec l’auteur et slameur David Goudreault pour dénoncer le racisme qui persiste, même au Québec.

image