26 septembre 2013
Nos valeurs (bis)
Par: Pierre Bornais

Alors même que le débat public débute à peine, il est déjà clos pour ceux et celles qui sont d’ores et déjà ancrés dans des opinions qui offrent bien peu d’ouverture.

Et encore moins de modération – et de respect mutuel – dans les échanges potentiels. Même que, à y regarder de plus près, le projet de charte sert de parapluie commun à des causes bien différentes où se mêlent valeurs et opinions (politiques ou sociales). Ce qui n’est pas sans susciter des malaises, pour ne pas dire des tensions, dans la population qui, de toute manière, doit apprendre ce nouveau « vivre ensemble ». Voulue ou non, souhaitée ou non, la confusion entourant le projet gouvernemental est en lien direct avec la cristallisation rapide des opinions. On a beau dire que le sujet est soumis à la discussion et que tout le monde a son mot à dire, il est loin d’être assuré à l’heure actuelle qu’il fera l’unanimité. Bien au contraire, il semble plus propice à la division qu’au rassemblement. Le projet devrait-il pour autant être scindé en deux, la laïcité de l’État d’une part et la question – plus épineuse sans doute – des signes religieux dans l’espace public d’autre part? Cette approche mérite considération, d’autant plus que le choix de l’expression « charte des valeurs », est trop général et imprécis, méritant à lui seul une réflexion plus approfondie. Pas question de parler d’une forme d’« étapisme » pour autant, mais bien plutôt de rechercher les éléments pouvant créer le vivre ensemble que tout le monde espère. Une chose est certaine, il n’y a pas en ce moment, au Québec, une telle « urgence en la demeure » qu’il faille vouloir tout régler en une seule opération. Forcer les choses n’est pas nécessairement la voie à suivre en la matière.

image