11 avril 2019
Nouveau départ pour la SDC centre-ville
Par: Jean-Luc Lorry

Le conseil d’administration de la SDC centre-ville accompagné de la nouvelle équipe à la permanence de l’organisme. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’assemblée générale annuelle de la Société de développement commerciale (SDC) du centre-ville de Saint-Hyacinthe, qui se tenait fin mars au restaurant Le Parvis, était synonyme de nouveau départ puisque cet organisme a renouvellé entièrement son équipe de direction.

Durant cette assemblée ont été présentés les états financiers et le rapport d’activités de cet OSBL. Finalement, on a procédé à l’élection d’administrateurs.

L’organisme a connu un automne mouvementé avec le départ de l’ancien directeur général Simon Cusson annoncé fin octobre par le conseil d’administration. La raison de ce changement de garde à la tête de la SDC n’a fait l’objet d’aucun point à l’ordre du jour. Ce dossier n’a d’ailleurs suscité aucune question des quelque 60 membres qui s’étaient déplacés pour l’occasion.

Début janvier, Laurie Breault, qui a déjà été chargée de projet pour la SDC, a été embauchée pour succéder à M. Cusson. Le mois précédent, Mireille Lussier a été recrutée comme adjointe administrative.

Pour compléter l’équipe, on a procédé à la mi-mars à l’embauche d’Anne-Marie Plante-Bellemare à titre de coordonnatrice aux communications et service aux membres.

États financiers

Au chapitre des états financiers, la SDC a enregistré un excédent d’exercice de 41 757 $. Ce surplus s’explique principalement par une équipe réduite l’an dernier composée de l’ancien directeur général et d’une secrétaire qui n’est plus à l’emploi de l’organisme.

Ainsi, en 2018, les salaires et charges sociales s’élevaient à 118 356 $ comparativement à 162 328 $ en 2017.

Au niveau des charges administratives, des services professionnels ont été requis pour un montant totalisant 17 711 $ comparativement à 8 859 $ en 2017.

Selon Jausée Carrier, présidente de la SDC, ce montant regroupe des frais d’audit, des coûts pour des services de communication externe et des dépenses d’ordre juridique. L’organisme n’a pas souhaité préciser si les frais juridiques en question étaient exclusivement reliés au départ de l’ancien directeur général.

À partir de cette année, la SDC n’aura plus le mandat de gestion du 1555 Marché public. En 2018, ce mandat incluant l’entretien et la réparation de la bâtisse représentait des dépenses totalisant 61 934 $. Quant aux revenus, principalement constitués de loyers des locataires, ils se chiffrent à 91 735 $, soit un bénéfice net de 29 801 $.

Dans les états financiers, on précise que la gestion du Marché public sera dorénavant confiée à Saint-Hyacinthe Technopole. « Ce n’est pas un exercice de gestion qui était profitable à la SDC », considère Jausée Carrier.

Pour opérer, la SDC dispose d’une enveloppe regroupant les cotisations obligatoires perçues par la municipalité auprès des contribuables tenant un établissement commercial. En 2018, les cotisations se sont chiffrées à 276 912 $, soit une diminution de presque 6000 $ comparativement à 2017.

Nouvelles administratrices

Pour l’année à venir, quatre postes d’administrateurs étaient à pourvoir sur huit. Lors de l’assemblée générale a été annoncé le départ des administratrices Manon Robert, propriétaire des Passions de Manon, et de Linda Leduc, propriétaire de la boutique de vêtements féminins Moi et l’autre.

Jausée Carrier, propriétaire de Colorada Chef Traiteur, et Annie Vaskuthy, propriétaire de l’agence Pika Design, avaient signifié leur souhait d’obtenir un nouveau mandat de deux ans. Elles ont été toutes deux réélues.

Les deux nouveaux visages au conseil d’administration sont Sylvie Poirier, propriétaire de la boutique Lingerie Lalonde, et Bianca Savoie, nouvellement installée au centre-ville avec le commerce Kubik Boutique.

D’ici quelques jours, la SDC centre-ville disposera d’un site Web entièrement rafraîchi. Le mandat pour cette cure de jouvence a été donné à la firme de communications maskoutaine Hop Design stratégique.

Le site sera agrémenté d’un blogue tenu par la nouvelle coordonnatrice aux communications.

image