24 août 2017
Objectif 60 000 habitants : pas pour demain selon le plus récent recensement
Par: Rémi Léonard

La population de Saint-Hyacinthe continue de croître à un rythme modéré, indique le plus récent recensement, qui a compilé 55 648 Maskoutains en 2016. Il s’agit d’une augmentation de 4,5 % depuis le dernier dénombrement en 2011.

Le cap des 60 000 habitants, objectif fixé par le maire Claude Corbeil pour l’année 2020, est donc encore loin d’être atteint. À ce rythme, Saint-Hyacinthe pourrait ne compter que 58 169 citoyens pour le prochain recensement, en 2021. D’après une projection basée sur la croissance actuelle, le palier symbolique des 60 000 habitants ne serait franchi qu’en 2025.
Pour ce qui est de la MRC des Maskoutains, le recensement 2016 fait passer sa population à 87 099, en hausse de 3,4 % sur cinq ans.
Plus de vieux et plus de jeunes
Le vieillissement de la population maskoutaine se confirme aussi dans ce recensement, où l’on apprend que le groupe des 65 ans et plus a progressé de plus de 20 % depuis 2011. Près d’un Maskoutain sur quatre est désormais dans cette catégorie, alors que le groupe des 15 à 64 ans a même légèrement reculé. L’âge médian de la population a aussi cru de 46,1 à 47 ans. En revanche, on dénombre 7 885 jeunes de moins de 15 ans à Saint-Hyacinthe, soit 690 de plus qu’en 2011, ce qui pourrait être le résultat d’un mini baby-boom dans les années 2000.
Français menacé?
Les données linguistiques de ce recensement – qui témoignaient d’abord d’un recul marqué du français au Québec – ont finalement été revues par Statistiques Canada, qui a reconnu une dizaine de jours après leur publication une erreur significative de classification.
Une fois les bons chiffres en main, on constate que l’anglais demeure très discret à Saint-Hyacinthe, avec 285 personnes qui ont déclaré le parler le plus souvent à la maison, contre 260 en 2011. Les premières données – finalement erronées – affichaient plutôt une étonnante augmentation de 156 %.
Les langues autres que le français et l’anglais ont toutefois bel et bien connu une augmentation, puisque 1 460 Maskoutains ont dit parler le plus souvent une langue non officielle à la maison, en hausse de 35 % depuis les cinq dernières années. L’espagnol puis l’arabe arrivent successivement en tête dans cette catégorie. Plus de 95 % de la population maskoutaine emploie quand même le plus souvent le français à la maison.

image