7 mai 2015
Usine de Saint-Hyacinthe
Olymel met à pied 88 employés
Par: Jean-Luc Lorry

En raison d’une baisse jugée sporadique du carnet de commandes, la direction d’Olymel a procédé récemment à la mise à pied de 88 employés à son usine de Saint-Hyacinthe.

Publicité
Activer le son

L’établissement maskoutain spécialisé dans le désossage de fesses de porc ­emploie plus de 450 personnes sur deux quarts de travail cinq jours par semaine.

Cette réduction du nombre d’employés touche le quart de travail de soir.

« Des mises à pied temporaires sont ­prévues dans la convention collective. Cette diminution de nos commandes fait partie des aléas du marché. Nous ­espérons que les employés visés seront rappelés au travail dans les meilleurs ­délais », indique en entrevue au ­COURRIER, Richard Vigneault, porte-­parole d’Olymel.

Selon le syndicat, les mises à pied ­seraient assez rares à l’usine de Saint-Hyacinthe.

« Ça peut arriver, mais de cette ampleur, c’est inusité. Depuis quelques années, cela n’était pas arrivé. De ce que j’en ­comprends, c’est qu’ils ont perdu un gros client australien, mais c’est temporaire », a mentionné au Journal de Montréal, Yves Dupont, représentant syndical à l’usine de Saint-Hyacinthe pour les ­Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce (TUAC).

Le porte-parole d’Olymel n’a pas ­souhaité nous divulguer la raison précise de ces mesures.

« L’embargo russe sur le porc n’a pas eu de répercussions sur notre main-d’oeuvre », tient toutefois à rappeler M. Vigneault.

Olymel exporte près du tiers de ses ventes notamment aux États-Unis, au ­Japon et en Australie.

image