16 août 2018
ORANGE, l’art de conjuguer la traçabilité 
Par: Marie-Pier Leboeuf
La 6e édition de l’événement d’art actuel Orange aura lieu du 16 septembre au 28 octobre. Sur la photo, le duo de commissaires Isabelle et Marie-Ève Charron. Photo Martin Lacasse | Le Courrier ©

La 6e édition de l’événement d’art actuel Orange aura lieu du 16 septembre au 28 octobre. Sur la photo, le duo de commissaires Isabelle et Marie-Ève Charron. Photo Martin Lacasse | Le Courrier ©

La triennale Orange, l’événement d’art actuel de Saint-Hyacinthe, est de retour pour une 6e édition prometteuse. Comme le veut la tradition, les domaines de l’art contemporain et de l’agroalimentaire se marieront encore cette année dans une série d’œuvres inspirées du thème de cette édition, Conjuguer la traçabilité, qui seront présentées du 16 septembre au 28 octobre. 

publicité

Pour la première fois, Orange fait appel à un duo de commissaires jumelles dont les champs d’expertise sont issus de l’agroalimentaire et des arts visuels. Isabelle et Marie-Ève Charron, respectivement agroéconomiste et historienne de l’art, définissent parfaitement l’essence de l’exposition. Toutes deux mordues de l’art et filles de père agronome, elles rêvaient de saisir cette opportunité depuis la première édition.

La traçabilité est une notion dominante dans chacune de leur carrière et les jumelles n’ont pas hésité bien longtemps avant d’en faire le fil conducteur de l’événement. « La traçabilité est de plus en plus importante dans le secteur agricole pour retracer la provenance de nos produits et les valoriser par leur origine. C’est une notion centrale qui est aussi présente en arts puisque les œuvres sont bien entendu toujours rattachées à leur auteur », explique Marie-Ève Charron.

Les jumelles ont provoqué des rencontres à l’aveugle entre artistes et partenaires agricoles pour la réalisation de 13 projets par 14 artistes provenant du Québec, de l’Ontario et de la Hollande. Inspirées de cette immersion dans le monde agricole, les œuvres présentent chacune à leur façon les différentes déclinaisons de la traçabilité, notamment celles de la génétique laitière, des œufs, de la pollinisation, des semences ainsi que de la production céréalière et acéricole.

« Les artistes et les partenaires agricoles de cette édition ont osé faire de cette rencontre une expérience engageanteet engagée, repoussant les limites de leur champ d’action habituel. Les projets ont rendu possible des conditions de rapprochement entre différents savoirs et éveillé des sensibilités mutuelles », ajoutent les jumelles.

Les Maskoutains pourront prendre part à l’événement à travers un itinéraire reliant le centre Expression, la Chapelle des Sœurs de Saint-Joseph, le Cégep de Saint-Hyacinthe et le Jardin Daniel A. Séguin. Les quatre lieux sont liés par leur vocation à l’agroalimentaire et aux arts visuels, ainsi qu’à l’histoire patrimoniale, a insisté le directeur du centre Expression et codirecteur d’Orange, Marcel Blouin.

« Je ne veux rien enlever aux éditions précédentes, nous avons eu des moments très forts et nous en gardons des souvenirs mémorables, mais la synergie de cette édition est remarquable et les liens qui se sont tissés promettent quelque chose de grand », a conclu M. Blouin.

Le vernissage de cet événement d’art actuel se tiendra le 16 septembre à 13 h au centre Expression. Pour toutes les informations sur la programmation, visitez le www.expression.qc.ca/orange.

image