14 mai 2015
Semaine des sciences humaines au Cégep
Ouvrir de nouveaux horizons pour favoriser la motivation des étudiants et enrichir leur vécu
Par: Le Courrier
Des conférenciers de très grande qualité, comme Gabriel Nadeau-Dubois, étudiant à la Maîtrise en sociologie à l’UQAM, sont venus rencontrer les étudiants dans le cadre de la Semaine des sciences humaines.

Des conférenciers de très grande qualité, comme Gabriel Nadeau-Dubois, étudiant à la Maîtrise en sociologie à l’UQAM, sont venus rencontrer les étudiants dans le cadre de la Semaine des sciences humaines.

Du 13 au 17 avril s’est tenue au Cégep de Saint-Hyacinthe la quatrième ­édition de la Semaine des sciences ­humaines sous le thème « Un monde en mouvement ».

Publicité
Activer le son

Durant cette semaine, les cours ­disciplinaires en Sciences humaines ont été remplacés par diverses activités, ­notamment des conférences, des ­débats, des sorties, des expositions, la projection de documentaires, la ­présentation de ­travaux de finissants. Au total, 40 activités ont été offertes à 1 059 étudiants du ­programme, à leurs professeurs et, quelques-unes, à toute la communauté régionale. Chaque ­étudiant a pu assister à trois ou quatre conférences ou activités.

Les thèmes des conférences étaient très variés, tels le monde de l’information, les changements climatiques, la psychologie du terrorisme, l’austérité et plusieurs autres. Des conférenciers de très grande qualité, comme Gabriel ­Nadeau-Dubois, étudiant à la Maîtrise en sociologie à l’UQAM; Patrice Roy, chef d’antenne à Radio-Canada; Ensaf Haidar, épouse de Raïf Badawi; ou ­encore le Docteur Jocelyn Bélanger, professeur de psychologie à l’UQAM, sont venus rencontrer les ­étudiants. Les étudiants ont aussi eu la chance d’aller voir l’exposition « Les Grecs » au Musée de Pointe-à-Callière. Des documentaristes de grand talent tels que Karina Marceau, Hélène Choquette, Martin Frigon et Luc Renaud sont aussi venus partager leur expérience.

Cette année, 28 finissants ont pu ­présenter les résultats de leurs travaux sous forme de stands ou de ­conférences. Ce fut très intéressant de voir les ­étudiants transmettre le fruit de leurs ­recherches auprès de leurs pairs.

Cette semaine intense d’activités, qui a lieu aux deux ans, permet aux ­étudiants d’élargir leurs horizons, ­d’observer des pratiques concrètes de chercheurs en sciences humaines, d’avoir accès à des ateliers et à des conférences auxquels ils n’auraient pas accès autrement, de ­découvrir des ­domaines d’application nouveaux ou inconnus pour eux, de ­discuter avec des chercheurs, des ­conférenciers et des documentaristes, bref, cela leur donne de la motivation en stimulant leur goût d’apprendre et de poursuivre leurs études. Cette semaine d’activités a connu un vif succès auprès des ­étudiants et des professeurs, et a fait faire de grands pas dans ce « monde en mouvement ».

image