27 février 2013
Par Isatis comme disent les Romains
Par: Martin Bourassa
Publicité
Activer le son

C’est assez rare que cela arrive, mais le plus récent bulletin d’information de la Ville de Saint-Hyacinthe a attiré mon attention.

L’édition du mois de mars, distribuée dans le publi-sac de cette semaine, avec en première page un mot du maire Claude Bernier sur le projet d’aréna privé et la transformation du stade C.-A.-Gauvin en centre multisports.Le maire voit dans ce partenariat public-privé une façon de répondre pour plusieurs décennies aux besoins de la population maskoutaine, lui permettant de vivre une multitude d’expériences enrichissantes, en comptant sur trois nouvelles glaces de haute qualité. Pour la haute qualité, on va attendre un peu avant de s’emballer.Il n’y a pas si longtemps, on nous avait aussi promis un centre aquatique de haute qualité et à la lumière des nombreux bobos qui sortent déjà, il est loin d’être acquis qu’il fera notre bonheur pour quelques décennies. On va donc se garder une petite gêne.En page 6 du même bulletin, on va jusqu’à annoncer l’ouverture du complexe Isatis Sport (méchant nom???) de Saint-Hyacinthe pour juin 2014.On présente les maquettes du complexe et du stade C.-A.-Gauvin transformé.Bref, on parle de tout cela comme d’une simple formalité.Une formalité qui n’a pourtant pas fait l’objet d’une résolution en bonne et due forme au conseil municipal, sinon une prise de position à une séance plénière le 28 janvier.Pire, à ce que je sache, l’entente entre la Ville de Saint-Hyacinthe et la Société d’agriculture n’a même pas encore été ratifiée par les parties, pas plus que l’entente officielle entre la Ville de Saint-Hyacinthe et l’entreprise privée qui construira les trois nouvelles glaces. C’est à mon sens un peu prématuré comme présentation et à la fois irrespectueux à l’égard des partenaires. L’encre est encore dans le stylo qui servira à ratifier les ententes entre tout ce beau monde. Des ententes dont on ignore encore toute la portée aujourd’hui, alors imaginez ce qu’il en était le 28 janvier en plénier.

M.B.

image