9 avril 2015
Comités consultatifs
Parle parle, jase jase
Par: Martin Bourassa

La consultation est à la mode à Saint-Hyacinthe. De façon excessive, même si le maire de Saint-Hyacinthe Claude ­Corbeil et le directeur général de la Ville, Louis Bilodeau, semblent d’avis qu’on ne consulte jamais trop.

N’empêche qu’il y a présentement une course folle à la formation de comités consultatifs. Saint-Hyacinthe ­Technopole, le nouveau bras ­économique de la Ville, a parti le bal, lui qui doit trouver le moyen de combler les 11 sièges du conseil d’administration, en plus des 27 autres sièges des trois ­comités ­consultatifs en développement industriel, commercial et touristique.

Comme si le défi n’était pas déjà ­considérable, on a même accru le degré de difficultés en imposant des règles d’inéligibilité qui excluent d’emblée les promoteurs et investisseurs ­immobiliers, les courtiers immobiliers, les officiers de la Chambre de commerce ainsi que les personnes liées à tous ces gens. Cela provoque des situations ­aberrantes, notamment au sein du ­comité industriel où l’on exclut des gens qui ont les deux mains dans la business et qui investissent leur propre argent dans la communauté au profit de gens dont le seul mérite est de représenter le cégep, l’ITA, le CRDA ou une autre ­institution liée à la recherche, au ­développement ou à la formation ­professionnelle.

Au même moment, la MRC tente de son côté de former une Commission du ­développement économique et entrepreneurial de 12 membres afin de conseiller les maires de la MRC. Son mandat sera purement consultatif, tout comme l’est celui des trois sous-comités de Saint-Hyacinthe Technopole.

Pour ces quatre comités, on recherche donc près de 40 personnes qui ont envie de fraterniser et d’échanger dans un contexte convivial, sans avoir de véritable pouvoir sur les décisions ou envie de les assumer. C’est en quelque sorte des sous-comités de catégorie B pour des gens qui ont du temps à perdre, mais des idées à partager, car les véritables décisions se prendront ailleurs, au niveau supérieur.

Parlant de niveau supérieur, on connaît finalement la composition des deux ­comités consultatifs de 26 membres du milieu des affaires gravitant autour du maire Corbeil.

Espérons que tous les membres de ces deux comités de sages et de jeunes ­leaders sauront mettre leurs intérêts ­personnels, et ceux de leurs clients, en veilleuse pour penser d’abord et avant tout au bien et à l’avancement de la ­communauté.Pour le reste, tout ce beau monde ­devra garder à l’esprit qu’il y a une ­différence énorme entre être consulté, être écouté et être compris.

Pour le reste, tout ce beau monde ­devra garder à l’esprit qu’il y a une ­différence énorme entre être consulté, être écouté et être compris.

image