20 juillet 2017
Parlons baseball (4)
Par: Le Courrier
Le trophée Hiram Walker remporté par les Artisans de La Providence en 1951. Collection Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH116.

Le trophée Hiram Walker remporté par les Artisans de La Providence en 1951. Collection Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH116.

C’est au début des années 1950 que les organisations de loisirs paroissiaux prennent en charge l’organisation du baseball.

Du côté de l’O.T.J. Centrale (qui joue le rôle du Service des loisirs de Saint-Hyacinthe à cette époque), les différents comités aidés d’un moniteur en chef et d’un aumônier général assurent une certaine concertation de toutes les O.T.J. de Saint-Hyacinthe, Saint-Joseph, Douville et La Providence. Ainsi, la supervision des différentes ligues de baseball, tennis, ping-pong et hockey, au sein desquelles des centaines de jeunes pratiquent leur sport favori, demeure un exemple éloquent du rôle joué par l’O.T.J. Centrale. 

Ici et là dans tous les quartiers de la ville et de ses banlieues, de nombreux bénévoles s’engagent activement à bâtir leur propre organisation. Celles-ci adressent directement leurs nombreuses demandes à la Ville de Saint-Hyacinthe. La municipalité répond favorablement à ces requêtes et dote chacune des paroisses d’équipements tels un pavillon, une piscine, des jeux, des clôtures et de l’éclairage.

Les premières saisons du baseball paroissial

Le 6 mai 1951, une longue procession de plus de cent voitures avec le maire et les députés en tête se met en branle dans le centre-ville pour se diriger au parc Laframboise. Cette journée est spéciale puisqu’elle marque l’ouverture du baseball de la Ligue provinciale. Preuve indiscutable de la popularité du baseball, le club local a mis en place, avec succès, un « Club juvénile » qui offre aux jeunes amateurs la possibilité d’assister aux parties en bénéficiant d’un tarif spécial.

Les membres de ce « fan-club » ne se contentent pas d’assister aux parties, car la passion du baseball les amène à jouer sur les différents terrains de la ville. À Saint-Joseph au cours du mois de mai, alors que les joueurs du club local se préparent fébrilement à affronter Drummondville, les organisateurs eux, lancent un défi à tous les clubs de la région composés de jeunes de 16 à 21 ans.

Mais les joueurs de Saint-Joseph ne sont pas les seuls. Le 20 juin s’ouvre la saison de la Ligue de Baseball Inter-Cité. Cette organisation est formée des clubs Saint-Joseph, Bourg-Joli et deux clubs provenant de La Providence. Lorsque M. Gaston Manny, le président de la ligue, effectue le lancer protocolaire, il est loin de se douter que ce lancer passera à l’histoire comme étant le premier du baseball paroissial organisé. Après sept manches, le Saint-Joseph remporte la partie sur le Bourg-Joli par le compte de 14 à 1. 

Lors des séries de cette première saison, le Sacré-Cœur affronte les Artisans de La Providence et le Saint-Joseph se mesure au Providence Petroleum. Le gagnant de la série remportera le trophée Hiram Walker, qui est en montre à la maison J.-D. Desrosiers sur la rue des Cascades. Au terme des séries, c’est le club les Artisans, dont le capitaine est Guy Archambault, qui met la main sur le précieux trophée offert par un distilleur de whisky canadien.

La saison suivante, la ligue change de nom pour devenir Ligue des Loisirs de Saint-Hyacinthe. On incite la population à venir encourager les jeunes qui « jouent au baseball par amour du jeu et non pas pour en retirer des salaires et de la gloire », affirme le rédacteur sportif du Clairon le 16 mai 1952. Le 26 juillet, on présente la partie des étoiles qui oppose le club champion de la saison précédente affronte les étoiles des trois autres clubs. Puis, fin août, une mauvaise nouvelle survient alors que le « Père Lou » Bélisle, un prêtre qui est considéré comme l’âme dirigeante des activités de l’O.T.J. de Saint-Hyacinthe, mais également de la ligue de baseball, est transféré à Bedford. Mais le monde du loisir municipal se retrousse les manches et les activités continuent de plus belle, répondant ainsi à un nombre grandissant des jeunes enfants. 

En 1953, en plus de la Ligue junior des Loisirs de Saint-Hyacinthe, on note la présence de la Petite Ligue qui est composée de joueurs plus jeunes provenant du Christ-Roi, Sacré-Cœur, Saint-Joseph, Saint-Sacrement, La Providence et Notre-Dame. 

La Petite ligue que l’on nomme la Ligue Cadette sera de retour en 1954. Du côté des juniors, en plus de la traditionnelle parade, les activités commencent de façon originale alors que le lancer protocolaire s’effectue du balcon de l’Hôtel de Ville. Le maire Ernest-Ovide Picard lance la première balle d’un relai qui se terminera au parc Laframboise où se déroule la première partie de la saison. Le relai de la balle s’effectue grâce à la collaboration d’un détachement du Régiment de Saint-Hyacinthe qui facilite les déplacements et le transport des joueurs.

image