15 septembre 2011
Régie des déchets
Pas d’adhésion au rabais pour Sainte-Marie-Madeleine
Par: Le Courrier

La municipalité de Sainte-Marie-Madeleine n’aura droit à aucun rabais si elle décide finalement d’adhérer à la Régie intermunicipale d’Acton et des Maskoutains (RIAM), a tranché le conseil d’administration. Après avoir boudé la Régie pendant 20 ans, la municipalité espérait bénéficier d’une réduction substantielle de 13 000 $ sur les frais d’adhésion.

Publicité
Activer le son

« C’est une question d’équité. Toutes les autres municipalités ont constitué leurs actifs », a expliqué le directeur général de la RIAM, Réjean Pion. La demande a été refusée de façon unanime par le conseil d’administration de la Régie le 24 août.

Dans une lettre datée du 21 juillet et adressée au conseil d’administration de la RIAM, les élus de Sainte-Marie-Madeleine sollicitaient un rabais de 50 % sur les frais d’adhésion au regroupement. Une telle procédure aurait nécessé une modification au règlement de la RIAM.« Ils n’ont pas vraiment motivé leur demande ou présenté de motifs, mais ils demandaient de réduire la facture de 26 827 $ à 13 413 $ pour devenir membre et ainsi détenir 3 % des actifs globaux de la Régie », a rapporté M. Pion, soulignant que les nouveaux adhérents bénéficient d’une période de cinq ans pour rembourser les frais d’adhésion sans intérêt.Pour le maire de Sainte-Marie-Madeleine, Simon Lacombe, le coût d’affiliation est tout simplement trop élevé. « On voulait au moins vérifier si on pouvait faire baisser le prix », a laissé entendre le maire qui admet sentir de plus en plus de pression de la part de ses citoyens.« Je ne peux pas me prononcer pour les autres membres du conseil, mais il y a de bonnes chances que Sainte-Marie-Madeleine adhère à la RIAM. La population nous parle de plus en plus de la Régie et de ses services comme les écocentres de Saint-Hyacinthe et Acton Vale », a-t-il poursuivi.Force est d’admettre que les contribuables des municipalités membres de la RIAM allongent moins la monnaie que les résidents de Sainte-Marie-Madeleine. « Les propriétaires paient environ 200 $ pour le service hebdomadaire de ramassage des bacs de déchets et de récupération et pour deux collectes de gros rebuts par année », a confirmé le maire Lacombe.Dans les villes desservies par la Régie, le coût s’élève à environ 150 $ pour la collecte des déchets domestiques, du recyclage et des matières organiques aux deux semaines ainsi que l’accès aux écocentres. « L’effet de masse permet d’obtenir de meilleurs prix », a mentionné Réjean Pion.Incluant Sainte-Marie-Madeleine, seulement trois municipalités des MRC d’Acton et des Maskoutains sur 25 tournent toujours le dos à la Régie, soit Roxton Pond et Roxton Canton. « Chaque année, nous leur faisons parvenir une offre d’adhésion expliquant les avantages de devenir membre », a fait savoir M. Pion.La RIAM est gérée selon les lois provinciales. À sa création en 1991, l’Assemblée nationale lui a confié un mandat de 20 ans. « Au delà de cette période, la Régie devait se repositionner et renouveller son mandat, ce que nous avons fait un peu avant la date limite prescrite », a rappelé M. Pion.Les municipalités mécontentes auraient pu se retirer en 2009, alors que la Régie a procédé à la ratification de son mandat, mais aucune n’a bougé. « Elles en ont eu l’opportunité il y a deux ans, mais elles ne l’ont pas fait. La satisfaction est là », a conclu Réjean Pion.

image