27 août 2015
Pas d’autres locaux disponibles en ville
Par: Maxime Prévost Durand

ProCheer n’écarte pas de sortir l’argent de ses propres poches pour trouver un local qui lui conviendrait.

Publicité
Activer le son

Mais après avoir tenté de trouver des ­solutions en frappant à d’autres portes, le club de cheerleading a dû se résoudre à l’idée que sa saison 2015 débutera à l’école Casavant, faute de locaux vacants à Saint-Hyacinthe.

Approché par la DG de ProCheer Jessika Gardner, l’organisme Saint-Hyacinthe Technopole n’a pas été en mesure de trouver le local commercial dont rêve ­l’organisme. « Ce qui est difficile avec ­ProCheer, c’est qu’il leur faut un local de 5 000 pieds carrés, sans colonne et avec un plafond de 35 pieds de haut , indique Sylvain Gervais, directeur du volet commercial de Saint-Hyacinthe Technopole. Les locaux commerciaux qui répondent à ces critères sont très rares et il faut que le zonage permette ces activités. »

Certaines occasions se seraient ­présentées, mais puisque les locaux se trouvaient dans une zone industrielle, il n’était pas possible d’y loger l’organisme.

Même si les premières recherches n’ont rien donné, on assure du côté de Saint-Hyacinthe Technopole que le dossier n’est pas fermé pour autant. « Ce sont des gens qui travaillent fort, ils ont bâti quelque chose au fil des années. […] Je veux garder le dossier actif. Tant qu’elle [Jessika Gardner] n’aura pas trouvé quelque chose qui lui convient, le dossier ne sera pas fermé », conclut M. Gervais.

image