15 septembre 2011
Desserte policière à Saint-Hyacinthe
Pas de contribution de la FMQ
Par: Le Courrier

La MRC des Maskoutains et la Ville de Saint-Hyacinthe ont connu un premier revers quant au litige qui les oppose à la Fédération des policières et policiers municipaux du Québec (APPQ). La Fédération québécoise des municipalités (FQM) a refusé de leur accorder l’aide financière unanimement réclamée par le conseil des maires de la MRC.

Publicité
Activer le son

« Étant donné que le litige est relatif aux dispositions législatives touchant les municipalités de plus de 50 000 habitants, qu’aucun membre de la FQM n’entre dans cette catégorie […] les membres du comité convient de ne pas accorder d’aide financière dans ce dossier », peut-on lire dans la décision rendue par le conseil du Fonds de défense de la FQM.

Pour le maire de Saint-Hyacinthe Claude Bernier, la réponse du FQM n’a rien d’étonnant. « Ils reçoivent beaucoup de demandes d’aide au niveau des services juridiques et ils doivent partager les montants qu’ils ont », a-t-il mentionné, rappelant que l’Union des municipalités du Québec, elle, avait octroyé une subvention de 5 000 $ à la Ville et à la MRC.L’objectif du Fonds de défense est de répertorier des cas juridiques qui feront jurisprudence et permettront à l’ensemble des municipalités membres de la FQM de faire valoir leurs intérêts et leurs droits devant les tribunaux.« Il ne faut pas que les Maskoutains croient qu’on n’a pas appuyé la demande parce qu’on n’y a pas vu d’intérêt, c’est parce que c’est une loi qui oblige en effet la Ville de Saint-Hyacinthe à utiliser les services d’une police municipale », a expliqué au COURRIER le président du comité du Fonds de défense et maire de Saint-Eugène-de-Ladrière, Gilbert Pigeon.On se souviendra que la Loi sur la police oblige les villes de plus de 50 000 habitants à recourir aux policiers municipaux. Or, citoyens et élus s’entendent pour dire que la Sûreté du Québec de la MRC des Maskoutains offre un excellent service à la Ville de Saint-Hyacinthe depuis la fusion municipale de 2001.Dans une lettre adressée à la MRC des Maskoutains, la FQM insiste aussi sur le fait que la MRC n’est pas touchée par la loi et que la fourniture de services de police sera maintenue sur le territoire malgré tout. Or, plusieurs maires de la MRC considèrent que leur situation est tissée serrée avec celle de leur ville centre.« On va être collectivement perdant si Saint-Hyacinthe ne peut continuer avec la SQ », a indiqué au COURRIER le maire de Sainte-Madeleine, Alain Paradis. L’élu a ajouté que l’uniformité du service de police amenait une dynamique d’ensemble bénéfique pour la région. « Ce n’est pas vrai que ceux qui font des mauvais coups ou des excès de vitesse dans notre coin n’en font pas à Saint-Hyacinthe. » Le directeur général de la MRC a confirmé que le changement de garde entraînerait probablement des coûts supplémentaires. « Si la Ville de Saint-Hyacinthe devait se départir des services de la Sûreté du Québec, nous serions obligés de revoir toute l’organisation de la couverture du territoire rural », a expliqué Gabriel Michaud.Voilà pourquoi Gilbert Pigeon croit qu’il s’agit malgré tout d’un dossier très pertinent. Il estime que la MRC et la Ville devraient s’adresser directement au conseil d’administration de la FQM afin de faire changer la loi. « D’autres municipalités pourraient se retrouver dans une situation semblable où la ville centre se retire d’une offre de services et occasionne des répercussions sur les autres municipalités », a-t-il évoqué, soulignant le poids politique que peut avoir la FQM.

image