4 octobre 2012
Tarification des stationnements au CSSS Richelieu-Yamaska
Payant à l’Hôtel-Dieu depuis lundi
Par: Le Courrier
Depuis lundi, une guérite au coût d'installation dépassant les 100 000 $ a été installée au Centre d'hébergement de l'Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe.

Depuis lundi, une guérite au coût d'installation dépassant les 100 000 $ a été installée au Centre d'hébergement de l'Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe.

La nouvelle grille de tarification des stationnements au Centre de santé et des services sociaux (CSSS) Richelieu-Yamaska est appliquée depuis lundi au Centre d’hébergement de l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe ainsi qu’au CLSC des Patriotes à Beloeil.

Publicité
Activer le son

Cette nouvelle politique s’applique aux visiteurs, à la clientèle, au personnel et aux médecins du CSSS Richelieu-Yamaska pour l’ensemble des installations. Mais seuls le stationnement de l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe, du CLSC des Patriotes à Beloeil, de l’Hôpital Honoré-Mercier et du CLSC des Maskoutains, situé sur la rue Gauthier, seront payants pour les visiteurs et la clientèle.

Il s’agit des seules installations où le volume d’utilisateurs permet d’autofinancer les activités de gestion des stationnements. Une guérite, dont le coût d’installation s’élève à plus de 100 000 $, a été installée à l’Hôtel-Dieu. Tandis qu’un horodateur, dont la direction n’a pas pu nous confirmer le coût, a été installé au CLSC des Patriotes. La clientèle et les visiteurs pour ces deux installations ont droit aux trente minutes gratuites. Il en coûte 3 $ ensuite, valable pour la journée. Des billets à tarif réduit au coût de 5 billets pour 9 $ sont disponibles pour les visiteurs fréquents de ces installations.La tarification pour la clientèle et les visiteurs à Honoré-Mercier ainsi qu’au CLSC des Maskoutains reste la même, soit un tarif de 5 $ valable pour la journée. Un livret de 5 billets est disponible au coût de 3 $ le billet pour les visiteurs. La période de gratuité passera toutefois de 15 à 30 minutes. Les proches et les bénévoles peuvent, pour leur part, bénéficier de la gratuité des stationnements. La tarification pour le personnel et les médecins est moindre. Mais subira une indexation de 2 % chaque année pendant les cinq prochaines années. Le tarif général pour les employés de toutes les installations du CSSS Richelieu-Yamaska sera de 2,95 $ chaque semaine. Tandis que le tarif pour les espaces réservés aux directeurs et aux médecins sera de 4,89 $ pour toutes les installations également.Selon la direction du CSSS Richelieu-Yamaska, cette nouvelle politique a pour but de s’assurer que le budget mis à la disposition du CSSS pour offrir des services à la population et à la clientèle soient réservés à cette fin. Le centre de santé estime arriver à un déficit d’environ 1 000 $ pour la première année, mais compte atteindre l’équilibre budgétaire l’année suivante.

Beloeil ne baisse pas les bras

Contre la nouvelle politique de tarification des stationnements depuis le début du projet en 2010, la Ville de Beloeil a déposé, le 27 février 2012, un nouveau plan d’urbanisme. Ce dernier stipule que « la gratuité à l’accès à tout espace de stationnement doit être maintenue en tout temps » sur le territoire de la municipalité, incluant le CLSC des Patriotes.

Bien qu’aucun accord n’a été conclu entre Beloeil et le centre de santé, ce dernier impose tout de même la tarification du stationnement et conteste actuellement la validité du règlement de la municipalité.Mécontente, la population de Beloeil a organisé, lundi midi, une manifestation pour dénoncer la nouvelle tarification à laquelle plus d’une centaine de personnes ont participé. Diane Lavoie, mairesse de Beloeil, ne s’est pas présentée lundi craignant de mettre de l’huile sur le feu. Mais affirme ne pas avoir dit son dernier mot. « Ma porte est toujours ouverte pour rencontrer le conseil d’administration du CSSS et je l’ai indiqué dans une lettre ouverte. La tarification des stationnements n’est pas une politique. Il s’agit seulement d’une vision. Les gens paient suffisamment d’impôts comme cela et nous avons fait le choix pour notre Ville qu’aucun stationnement ne soit payant. Si l’on traite le litige en justice, cela sera encore avec l’argent des contribuables et nous voulons éviter cela », conclut-elle.

image