5 août 2021
La préfet de la MRC quitte la politique
Pluie d’éloges pour Francine Morin
Par: Jean-Luc Lorry

Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains, était tout sourire lors de la commémoration du 10e anniversaire de Forum-2020, un organisme dont elle était administratrice avant son intégration à Saint-Hyacinthe Technopole. Photothèque | Le Courrier ©

La décision de Francine Morin, mairesse de Saint-Bernard-de-Michaudville et préfet de la MRC des Maskoutains, de quitter la scène politique en novembre ne laisse pas indifférents ses pairs qui saluent unanimement son implication totale et son esprit de ralliement.

Publicité
Activer le son

Mme Morin a décidé de ne pas se représenter aux prochaines élections municipales après 26 ans de bons et loyaux services à titre de mairesse et 16 ans comme préfet.

« Elle a été présente 16 ans sur les 40 années d’existence de la MRC des Maskoutains, souligne Claude Roger, maire de La Présentation depuis 1993, en entrevue au COURRIER. C’est un passage remarqué. Ce record sera difficile à battre. »

Claude Bernier, maire de Saint-Hyacinthe de 1992 à 2013, n’a que de bons mots à propos de celle qu’il a côtoyée au conseil des maires de la MRC des Maskoutains, mais aussi lors de multiples activités publiques. « J’ai bien aimé travailler avec elle. Sa grande force a été sa capacité d’unir tous les élus autour d’une même table pour trouver des consensus dans divers dossiers », se remémore l’ancien maire.

Francine Morin a été la première mairesse de Saint-Bernard-de-Michaudville ainsi que la première femme préfet du comté. Ces dernières années, le conseil des maires de la MRC compte 16 élus de sexe masculin sur 17 autour de la table. « C’est effectivement le plus souvent des hommes. Cela fait partie de la démocratie », note Claude Bernier.

À l’instar de Francine Morin, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, quittera lui aussi la vie politique en novembre. Agriculteur de métier, il a décidé de ne pas se représenter pour le siège de premier magistrat de la Ville. « Francine Morin est une grande dame, rassembleuse, travaillante, qui est très crédible. Comme préfet adjoint, je ne l’ai pas vue absente souvent à la table du conseil des maires. Nous avons toujours très bien collaboré », souligne M. Corbeil.

« C’est une femme de caractère au besoin. Même si elle était la seule mairesse dans le comté, elle ne s’en laissait pas imposer et savait se faire respecter », ajoute le maire de Saint-Hyacinthe.

Émilien Pelletier, député péquiste de Saint-Hyacinthe de 2008 à 2014, garde un bon souvenir de Francine Morin en politique. « Comme député, j’ai eu plusieurs rencontres formelles avec elle. Francine Morin était toujours bien préparée. Elle avait toujours des arguments qu’elle savait défendre et mettre de l’avant de façon posée et réfléchie, indique Émilien Pelletier. Comme exemple, je peux mentionner un dossier qui a fait couler beaucoup d’encre avec le gouvernement provincial, celui du Plan métropolitain d’aménagement et de développement, qui était loin de faire l’unanimité auprès des élus de la MRC, qui voyaient leur municipalité incluse dans la Communauté métropolitaine de Montréal pour leur développement, ce qui en irritait plusieurs. Elle a fait preuve de beaucoup de doigté dans ce dossier comme dans tous les dossiers qu’elle a eus à défendre. »

Pionnière en immigration

Francine Morin a fait partie du conseil d’administration de Forum-2020, dont la mission principale était d’aider les personnes issues de l’immigration à intégrer la région avec leur famille en trouvant un emploi dans la MRC. Fondé en 2008, cet organisme a été intégré il y a quelques mois à Saint-Hyacinthe Technopole.

« Mme Morin est une pionnière dans le domaine de l’immigration de notre région », considère Ana Luisa Iturriaga, directrice à l’immigration à Saint-Hyacinthe Technopole.

Pour elle, Francine Morin est une mentore, une coach et un exemple à suivre. « Il n’y a pas eu beaucoup de femmes qui ont autant marqué le paysage politique maskoutain. C’est une citoyenne exemplaire, curieuse, dotée d’une grande capacité d’écoute. Francine Morin s’est présentée à toutes les activités que nous organisions », mentionne Mme Iturriaga.

En plus de ses deux mandats menés de front, Francine Morin gère une exploitation agricole dans son village.

image