24 juin 2021
Pourquoi favoriser une association aux dépens des citoyens?
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Les enfants résidant autour de l’école Bois-Joli seront bien tristes d’apprendre que la Ville de Saint-Hyacinthe a pris la décision de rendre inaccessible le terrain de soccer de la rue Millet. Depuis deux ans, ce terrain est inaccessible à quiconque puisqu’il est barré en permanence.

Après avoir questionné la Ville à cet effet l’an dernier et en début de saison cette année, nous avons eu comme réponse que cela était temporaire, qu’il fallait faire les lignes, que c’était pour la dormance… Maintenant, les lignes sont faites et le dégel est terminé, cependant le terrain est toujours fermé.

En allant à la quête d’informations supplémentaires à ce sujet, la Ville a à nouveau tenté de nous endormir avec des raisons telles que la COVID (pour restreindre le nombre de personnes sur le terrain) ou qu’il y a des plages horaires réservées sur ce terrain (…comme sur tous les autres terrains). Cependant, les autres terrains de la Ville ne sont pas barrés et cela ne cause pas de problème.

En poussant un peu plus, on comprend que le terrain de la rue Millet fait partie du pôle soccer de la Ville et qu’il doit être préservé à son meilleur… La semaine dernière, qui est assez représentative des saisons précédentes depuis que le FC St-Hyacinthe a pris en charge tout le soccer de la ville, on a pu constater trois pratiques de 90 minutes sur le terrain. Assurément, il va rester beau le terrain.

Quand est-ce que cette décision a été communiquée aux citoyens? Elle aurait aussi pu être communiquée aux employés de la Ville qui répondent aux questions des citoyens, question qu’on ait l’heure juste. Sur le site de la Ville de Saint-Hyacinthe, cet espace est dans la carte des parcs de la ville, soit le parc Bois-Joli. Il n’est même pas dans la carte des terrains de soccer. Donc, en quoi un parc municipal devient-il, du jour au lendemain, à l’utilisation unique d’une association sportive? Est-ce qu’il a été vendu ou loué à l’année?

Pendant ce temps, les enfants du quartier se butent à une porte close en arrivant au terrain, même s’il n’y a personne dessus. Certains d’entre eux finissent par passer par-dessus la clôture pour pratiquer le sport qu’ils aiment. Donc, qu’est-ce qu’on atteint vraiment comme objectif?

À la Ville, on nous suggère d’utiliser les 30 autres terrains de soccer de la ville. D’accord, mais en quoi cela répond aux besoins des jeunes enfants qui viennent à pied ou à vélo pour jouer? On suggère aussi l’utilisation du terrain à Fadette, en plein chantier de construction, et celui de l’école Bois-Joli, soit deux buts sans filet installés dans un espace gazonné sans lignes.

Ainsi, chers enfants qui vivez beaucoup de restrictions depuis plus d’un an maintenant, profitez bien de votre été en jouant dehors, mais loin du terrain de soccer qui ne vous est pas réservé… Ce qui est le plus triste, c’est qu’après 5 ans à résider en face du terrain et combien de discussions sur le fait que les jeunes ne jouent plus à l’extérieur, les quelques semaines en début de saison où le terrain a été ouvert (probablement par erreur), nous n’avions jamais vu autant de jeunes jouer dessus.

Pourquoi ne pas répondre à ce besoin des jeunes de voir des gens, de bouger et de profiter de l’été au lieu d’être devant un ordinateur? Nous espérons vraiment que cette décision sera revue. Je ne crois pas que les gens du quartier useront le terrain au point qu’il ne sera plus utilisable. D’autant plus que ce n’est pas cette année qu’il y aura le plus d’activités et que c’est peut-être plus à dame Nature qu’il faudrait demander du renfort.

Marjorie Noël, Saint-Hyacinthe

image