21 mai 2015
Première journée-conférence « Au coeur de l’autisme »
Par: Le Courrier
Atteinte du syndrome d’Asperger, la Maskoutaine Marie-Josée Cordeau organise la première journée-conférence « Au coeur de l’autisme » le 23 mai, à Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Atteinte du syndrome d’Asperger, la Maskoutaine Marie-Josée Cordeau organise la première journée-conférence « Au coeur de l’autisme » le 23 mai, à Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La première journée-conférence « Au coeur de l’autisme » aura lieu à Saint-Hyacinthe le 23 mai et permettra à divers experts vivant au quotidien avec ce trouble de s’exprimer sur le sujet.

Publicité
Activer le son

La Maskoutaine Marie-Josée Cordeau, qui souffre du syndrome d’Asperger, a choisi d’organiser cette première journée dans sa ville natale, car en plus d’offrir une tribune à l’extérieur de Montréal, elle souligne que beaucoup de personnes sont atteintes d’autisme en Montérégie. D’autres journées similaires auront lieu au Québec.

« Cette journée mettra en lumière des experts au quotidien, c’est-à-dire des personnes qui vivent avec l’autisme d’une façon ou d’une autre. Je préférais cela à des spécialistes qui se prononcent sur le sujet », explique-t-elle.

Ainsi, cinq conférenciers se succèderont entre 8 h 30 et 18 h : Mme Cordeau et son conjoint parleront des effets de l’autisme sur la vie de couple, le professeur de philosophie Stephan Blackburn s’exprimera sur l’importance de développer sa confiance, Denise Huysmans abordera le thème du soutien offert par les aidants naturels, Lyne Laporte, fondatrice de l’organisme Ted-à-Coeur et coorganisatrice de la journée, sensibilisera le public sur l’intégration des enfants autistes en milieu scolaire et Magalie Lebrun parlera de la gestion des émotions.

Démystifier l’autisme

Marie-Josée Cordeau avait 45 ans lorsqu’on lui a diagnostiqué le syndrome d’Asperger, en 2012.

« Les personnes qui en souffrent ont surtout de la difficulté à développer leurs interactions sociales. Maintenant, j’arrive à entretenir de meilleures relations, mais cela me demande toujours un effort supplémentaire. Tout est agressant lorsqu’on est autiste et ça peut créer des angoisses de toujours être bombardé d’information », raconte-t-elle.

« L’autisme, c’est juste une façon différente de brancher les fils dans notre cerveau. Il n’y a pas de court-circuit qui y sont associés », image Lyne Laporte dont les 4 enfants présentent un diagnostic de trouble envahissant du développement (TED).

Entre les asperger et les autistes non verbaux, le spectre est large quant aux répercussions sur chaque personne. « Il y a encore de nombreux préjugés quant à l’autisme. Par exemple, lorsqu’un enfant fait une crise, on croit que c’est parce qu’il est violent alors que c’est souvent dû à une incompréhension », relate Mme Cordeau.

Pour démystifier ce TED, la Maskoutaine a créé le blogue 52 semaines avec une autiste asperger l’an dernier. Ses 52 articles hebdomadaires traitant de tous les aspects reliés à l’autisme seront publiés sous forme de recueil en septembre.

La journée-conférence « Au coeur de l’autisme » aura lieu le 23 mai aux Studios 57, à Saint-Hyacinthe. Les billets sont en vente sur le site www.eventbrite.ca.

image