28 janvier 2021
Hockey collégial
Préparer la prochaine saison avant d’avoir entamé celle en cours
Par: Maxime Prévost Durand

Les Lauréats n’ont pas encore joué un match cette saison que déjà le recrutement en vue de la prochaine est presque terminé. Photothèque | Le Courrier ©

Le nouveau recruteur en chef des Lauréats, Dave Thériault. Photo Facebook Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe

Le coup d’envoi de la saison de l’équipe de hockey des Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe n’a même pas été donné que déjà les préparatifs en vue de la saison suivante sont presque terminés sur le plan du recrutement.

Publicité
Activer le son

Une douzaine de nouveaux visages ont signifié dans les derniers mois qu’ils se joindront à la formation maskoutaine l’automne prochain.

« Notre recrutement est pas mal complété, à 95 % je dirais », mentionne le recruteur en chef des Lauréats, Dave Thériault, qui s’est joint à l’organisation cet été dans la foulée de l’embauche du nouvel entraîneur-chef Martin Russell.

Inévitablement, la pandémie a compliqué la tâche des recruteurs dans les derniers mois. À l’instar du circuit collégial et de la majorité des activités de hockey au Québec, les ligues midget AAA, midget espoir, juvénile et préparatoire scolaire n’ont jamais pu lancer leur saison jusqu’ici, si bien qu’il n’a pas été possible de voir à l’œuvre les prochains espoirs, sauf lors de quelques parties préparatoires tenues à l’automne. Il fallait donc se fier aux observations de la saison précédente et aux discussions avec les entraîneurs et les athlètes eux-mêmes.

« Il y avait un gros recrutement à faire chez nous cette année et, dans le contexte, ce n’était pas évident, reconnaît M. Thériault. Mais comme je suis aussi dépisteur pour un club junior majeur (les Olympiques de Gatineau), je connaissais déjà bien les joueurs qui s’alignaient dans le midget AAA. »

Une liste de 25 joueurs ciblés par les Lauréats avait été établie cet été pour dicter le recrutement, surtout que des postes-clés au sein des deux premiers trios offensifs s’ouvraient avec le départ de finissants l’an prochain.

« Étant donné la situation, on s’est dit qu’on allait se concentrer sur les gars qu’on connaît et parler avec les entraîneurs qu’on connaît, pour favoriser la communication. »

Cette situation laisse toutefois peu de place aux « underdogs ». « C’est cette partie-là qui est dommage pour les joueurs de secondaire 5 du midget AAA ou du réseau scolaire qui auraient pu causer une surprise. C’est vrai de dire qu’ils n’auront pas cette chance-là », concède à contrecœur le recruteur.

Miser sur la région

Pour faciliter le recrutement dans ce contexte particulier, les Lauréats ont choisi de miser principalement sur des joueurs de la région élargie, en portant une attention particulière à la structure des Gaulois de Saint-Hyacinthe et à celle des Cantonniers de Magog.

Sur la douzaine de joueurs recrutés jusqu’ici, neuf sont issus de ces deux programmes. De ce nombre, cinq font partie de la structure des Gaulois. On retrouve notamment les défenseurs Igor Mburanumwe et Tyler Sondergaard, puis l’attaquant Samuel Larocque, qui font partie du club midget AAA cette année. Deux joueurs évoluant en division 1 juvénile, avec l’école secondaire De Mortagne, font aussi partie du lot, soit le défenseur Benjamin Chouinard et l’attaquant William Gemme.

Un premier duo de jumeaux a aussi été signé. Il s’agit des frères Jérémie et Alexis Minville, membres de la structure des Cantonniers. Le premier, qui appartient aux Huskies de Rouyn-Noranda dans la LHJMQ, fait partie de l’équipe midget AAA de Magog, puis le second joue dans le midget espoir à Drummondville.

« Quand j’ai parlé à Jérémie, il m’a mentionné que son frère était intéressé à jouer pour nous aussi. Les parents étaient hyper contents », se remémore Dave Thériault.

Même si le recrutement est fort avancé, on demeure tout de même à l’affût du côté des Lauréats. On préfère se garder encore des portes ouvertes, ne sachant trop quel effet la pandémie pourrait avoir sur l’avenir de certains joueurs.

« Est-ce que des gars vont lâcher le hockey à cause de la situation actuelle? », se questionne le recruteur, sans avoir la réponse pour l’instant.

Le précamp qui aurait dû avoir lieu en janvier a quant à lui dû être remis. « Ce sera peut-être en mai ou en juin, avance M. Thériault. Si on peut le faire, on va le faire. On veut s’assurer que, si des trous se libèrent, des joueurs vont prendre la relève. »

Eux aussi en attente, les joueurs qui n’ont pas été recrutés font ce qu’ils peuvent pour frapper aux portes des organisations. « On reçoit des CV hockey de certains joueurs, ils font des efforts pour se faire remarquer », mentionne M. Thériault.

image