16 juillet 2020
Prime COVID : les syndicats d’Olymel déposent une pétition
Par: Le Courrier

Une pétition signée par près de 2500 membres des syndicats d’Olymel a été déposée au siège social de la rue Pratte pour maintenir la prime salariale liée à la crise sanitaire. Photothèque | Le Courrier ©

Les sept syndicats de travailleuses et de travailleurs d’Olymel affiliés à la CSN ayant décidé de faire front commun pour revendiquer le maintien de la « prime COVID » jusqu’à la fin de la pandémie ont déposé une pétition signée par près de 2500 membres au siège social de l’entreprise, à Saint-Hyacinthe, le 2 juillet.

Publicité
Activer le son

« Ces membres représentent plus de 75 % des sept syndicats d’Olymel qui participent au front commun, a expliqué le président de la Fédération du commerce (FC-CSN), David Bergeron-Cyr. Le fait qu’on a réussi à recueillir autant de signatures en si peu de temps au moment où 15 à 20 % des employé-es sont en vacances démontre clairement que les travailleuses et les travailleurs tiennent à leur prime et qu’ils sont fortement mobilisés autour de cet enjeu. »

La pétition, qui devrait être mise en ligne afin de recueillir des appuis du public, précise que « la décision des employeurs de mettre fin au versement de la prime même si la crise sanitaire est loin d’être terminée a choqué les travailleuses et les travailleurs de l’industrie, partout au Québec » et que les signataires trouvent « inacceptable que les employeurs cessent de verser cette prime alors que les travailleuses et les travailleurs continuent à risquer leur vie chaque jour, qu’ils doivent respecter des mesures sanitaires strictes et porter des équipements de protection encombrants et inconfortables. »

« La pandémie n’est pas finie, renchérit la présidente du Conseil central de la Montégérie-CSN, Annette Herbeuval. La décision prise par le gouvernement du Québec de rendre le port du masque obligatoire dans les transports en commun prouve que la proximité représente toujours un risque aux yeux de la santé publique. La prime devrait continuer d’être versée tant que les risques de contagion seront présents et que les équipements de protection devront être portés. »

Participant également au front commun, plus de 75 % des membres du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Viandes du Breton (CSN) ont également signé la pétition, portant ainsi le nombre total de travailleuses et de travailleurs l’ayant signée à près de 3000.

image