6 février 2020
carte blanche
Proactif
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

Chaque ville a le même problème, le cœur dépérit au profit de la périphérie et la concurrence des grandes surfaces et du commerce en ligne. On cherche des idées et souvent les excellentes idées… sont de copier les excellentes idées. Saint-Hyacinthe offre donc une aide financière aux nouveaux commerces, copiant Granby qui vit un petit boom économique. Bravo. Mais tant qu’à copier, autant copier comme il faut. Granby a consacré près d’un million de dollars au projet, Saint-Hyacinthe prévoit… 50 000 $ pour 2020. À ce prix-là, on s’attend pas à un gros boom. À peine un p’tit pétard.

J’ai toujours été un gars d’images plus que de chiffres, mais je sais qu’il y a des chiffres qui font plus image que d’autres. Pis l’image, c’est qu’on y croit pas tant. Alors pourquoi les autres y croiraient? « Put your money where your mouth is! », disaient les Grecs.

En plus, la Ville se la pète en se disant « proactive ». Hé qu’on n’a pas la même définition de « proactif ». Proactif, c’est pas juste un buzzword de conférence de presse. C’est anticiper les problèmes AVANT qu’ils n’arrivent. Quand le centre-ville meurt pis que t’arrives en sauveur, t’es le CONTRAIRE de proactif.

Être proactif, c’est aider le démarrage de nouveaux commerces, mais mettre en place une solide politique d’achat local pour les aider à survivre ensuite. Et que la Ville montre l’exemple en achetant uniquement maskoutain!

Être proactif, c’est mettre le paquet! C’est des rues piétonnes, des murs végétaux, des spectacles, de l’ambiance (pas de la musique d’ascenseur!), du stationnement ET des transports en commun gratuits, c’est créer un centre-ville incontournable, attractif et trippant. C’est mettre le cœur de la Cité au centre des priorités, tout le temps.

Ça va coûter cher, je sais, ben on aura juste à mettre des parcomètres partout au centre d’achats.

image