23 juin 2016
Quand KC s’incruste
Par: Martin Bourassa
Quand KC s’incruste

Quand KC s’incruste

publicité

Plusieurs Maskoutains sont en train de faire leurs boîtes en vue d’un déménagement prévu la semaine prochaine, autour du 1er juillet.

Mais ce n’est pas le cas chez KC Diesel. Alors qu’on croyait que l’entreprise installée dans le secteur Saint-Thomas-d’Aquin allait devoir plier bagage dans quelques jours, voilà qu’on apprend que ce ne sera pas le cas.

Les dirigeants de KC Diesel ont décidé de contester la procédure engagée contre eux par la Ville de Saint-Hyacinthe. Le tribunal devra donc trancher, à savoir si les activités de l’entreprise sont compatibles avec le zonage actuel du terrain.

La cause devrait être entendue quelque part à l’automne, bien qu’aucune échéance formelle n’y soit associée. Dans le jargon judiciaire, on dit « sine die ». Et encore là, ce n’est pas parce que les parties procèdent qu’un jugement est imminent.

Ce n’est donc pas demain la veille que KC Diesel se poussera, d’autant qu’on n’a jamais senti d’empressement de la part des autorités municipales à sévir contre l’entreprise et à satisfaire la poignée de résidants qui s’étaient opposés au changement de zonage. À croire que la Ville de Saint-Hyacinthe mise sur cette cohabitation forcée et prolongée pour atténuer les réticences des citoyens. En pratique, les activités de KC Diesel sont-elles aussi nuisibles qu’anticipées l’an dernier lors de son arrivée? Pour ce que nous sommes à même de constater, nous avons vu bien pire comme nuisances publiques jusqu’à présent, mais la réponse dépend à qui on pose la question.

Cela dit, une chose est certaine, les citoyens du secteur étaient installés tout près bien avant l’arrivée de KC Diesel, et non le contraire. Ils devraient donc avoir, du moins en théorie, le dernier mot. En pratique, c’est pourtant loin d’être assuré.

image