11 juin 2020
COVID-19 - Salons et expositions
« Québec comprend mal nos enjeux » – Dominique Gagnon, président de l’APEQ
Par: Véronique Lemonde

La reprise des salons et expositions est incertaine dans les conditions actuelles. Saint-Hyacinthe est l’hôte de nombreux événements de ce type, comme le Salon du véhicule électrique qui se tient normalement à l’automne. Photothèque | Le Courrier ©

Avec le déconfinement qui s’accélère depuis quelques semaines dans tous les secteurs d’activités, les organisateurs de salons, foires et expositions s’inquiètent du silence du gouvernement à leur égard.

Publicité
Activer le son

Composée de quelque 105 membres, l’Association des professionnels en exposition du Québec (APEQ) a pourtant fait parvenir, il y a environ deux semaines, une lettre au gouvernement du Québec lui signalant les graves difficultés que ces derniers traversent en cette période de la COVID-19.

« Malheureusement, le gouvernement comprend mal nos enjeux et ne sait pas vraiment ce que nous faisons, lance, un brin découragé, le président de l’APEQ, Dominique Gagnon. Il nous catégorise dans le secteur touristique, alors que nous sommes surtout axés sur le développement des affaires. Les gens qui viennent dans un salon ou une exposition se déplacent, certes, mais surtout, ils sont des vecteurs d’économie pour tous les autres secteurs : restauration, commerçants, hôtellerie, transport, etc. »

En effet, que le centre de congrès se trouve à Trois-Rivières, Québec, Drummondville ou Saint-Hyacinthe, les exposants et leurs visiteurs contribuent grandement à faire rouler l’économie de plusieurs régions au Québec.

« Prenez par exemple à Saint-Hyacinthe, le centre de congrès est tout neuf et voilà que la COVID-19 l’oblige à annuler toutes ses activités. C’est vraiment un coup dur présentement pour tous les centres d’exposition au Québec. Nous devions d’ailleurs tenir notre congrès annuel à Saint-Hyacinthe ces jours-ci », ajoute M. Gagnon.

Pour une reprise très bientôt

L’APEQ espère que ses membres puissent reprendre leurs activités d’ici cet automne, sans quoi Dominique Gagnon craint que plusieurs organisateurs privés et salons soient poussés à la faillite. « Pour l’instant, le gouvernement ne nous donne aucune date de reprise à laquelle nous accrocher. »

Pour Louise Benoit, organisatrice du Salon Maternité Paternité Enfants depuis 28 ans, c’est « le travail d’une vie » qui est en péril pour plusieurs d’entre eux. « Avec l’arrêt complet le 12 mars, tous les salons et foires de ce printemps ont été annulés et, si certains grands groupes pourront mieux absorber le coup, d’autres, qui organisent des salons à leur compte, pourraient avoir les reins moins solides face à ce tsunami », estime-t-elle.

« L’automne, c’est une grosse période pour les salons et expositions et, comme nous avons déjà perdu le printemps, nous espérons vraiment repartir la machine bientôt. Plusieurs événements ont tout simplement pris la décision de reporter à 2021 avec les dépôts de leurs clients déjà en main, mais pour certains, cela suppose de rembourser des clients, des fournisseurs et c’est très difficile présentement », estime Dominique Gagnon.

Les mesures sanitaires à venir lors de la reprise risquent également de faire augmenter la facture des organisateurs d’événements, ce qui n’aidera pas les membres de l’APEQ à éponger leurs pertes financières.

« Nous souhaitons seulement être écoutés et compris par le gouvernement et, présentement, c’est le silence radio. Nous sommes convaincus que nous pouvons faire partie des solutions pour relancer l’économie dans toutes les villes du Québec par le tourisme d’affaires que nous générons. Nous faisons rouler l’économie et c’est pour cela qu’il faut qu’une reprise s’opère très bientôt pour notre secteur », conclut M. Gagnon.

L’APEQ regroupe une centaine d’entreprises du secteur, dont des centres de foire et de congrès, des promoteurs d’expos et salons, en plus d’une kyrielle de fournisseurs de services en tous genres (repas, audiovisuel, etc.). Seulement en 2019, c’est 225 événements qui ont été organisés par des membres de l’APEQ.

image