13 juin 2013
Rappel historique
Par: Le Courrier

L’Oeuvre Antoine-Girouard avait scellé une entente avec le Groupe Robin alors qu’elle faisait face à des obligations de plus en plus onéreuses et que la vente de ses terrains s’avérait une planche de salut pour assurer sa stabilité financière.

154pp3x-rappel

Plutôt que de vendre les terrains eux-mêmes, les prêtres qui administraient l’Oeuvre avaient pris la décision de recourir aux services « de quelqu’un de plus idoine pour jouer ce rôle », lui offrant en contrepartie une clause d’exclusivité.

La controverse que cette exclusivité avait suscité au tournant des années 2000 avait toutefois mené l’évêque François Lapierre à ordonner, en 2004, que l’Oeuvre Antoine-Girouard cesse l’achat de terrains. L’évêque avait du même souffle souhaité que l’entente soit révisée.« Au niveau de l’Oeuvre Antoine-Girouard, on m’assure que cette entente d’exclusivité devrait prendre fin d’ici 2010, avait même écrit Mgr Lapierre au COURRIER. À ce moment-là, il y aura certainement lieu de reconsidérer en profondeur cette entente. Je ne pense pas que l’on doive aujourd’hui se lier par de telles obligations à long terme. »« Il ne m’appartient pas, personnellement, de mettre fin à cet accord puisqu’il s’agit d’une entente légale entre deux parties légalement constituées, poursuivait-il. Mais je peux toutefois émettre le voeu que, si cela est possible, les clauses de cette entente puissent être revisées par les deux parties en présence. Je crois que tous y gagneraient. Et ce au nom même de la mission de l’Église qui a pour première responsabilité de convier à la concorde et à la paix. »

image