5 janvier 2017
Bébé de l’année
Rose arrive première
Par: Rémi Léonard
Rose a même son propre bonnet du premier bébé de l’année, gracieuseté de l’infirmière Karine Sirois.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Rose a même son propre bonnet du premier bébé de l’année, gracieuseté de l’infirmière Karine Sirois. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le premier bébé de l’année dans la région est la petite Rose Côté, née le matin du 1er janvier à 6 h 36. La mère et la fille se portent à merveille après un accouchement long, mais qui s’est déroulé sans problème à l’hôpital Honoré-Mercier.

Publicité
Activer le son

Les jeunes parents, Catherine Désautels et Jérémie Côté, s’attendaient davantage à un bébé de Noël, puisque la venue de Rose était prévue pour le 26 décembre, mais c’est finalement le 30 décembre que le couple d’Upton a pris le chemin de l’hôpital.

Au fil des heures, ils ont commencé à comprendre que Rose serait une sérieuse prétendante au titre de bébé de l’année, du moins à Honoré-Mercier. « J’ai vu l’année changer sur le moniteur qui affichait les contractions. Dans la pièce à côté, on entendait les infirmières faire le décompte », a raconté le père. Quelques heures plus tard, le bébé de sept livres et quatre onces était finalement au monde et en santé.

Le couple n’avait que de bons mots pour l’équipe qui a pris soin d’eux, en particulier pour l’infirmière Karine Sirois. C’est elle qui avait gagné le tirage à l’interne pour savoir qui allait aider à accoucher le bébé de l’année. L’infirmière s’est investie à fond dans sa tâche puisqu’elle a pris la peine de tricoter une petite tuque avec la mention « 2017 » en prévision de l’arrivée du premier poupon.

En plus d’être le premier bébé maskoutain de 2017, Rose est le premier enfant du couple Désautels-Côté, mais aussi le premier dans leur famille élargie, qui voit ainsi débuter une nouvelle génération.

Le futur ingénieur et l’enseignante au primaire avaient déjà des plans pour d’autres enfants dans le futur et l’arrivée du premier n’a fait que confirmer leur projet. Jérémie cherchait encore les mots pour décrire le sentiment d’être père. « Je ne pensais pas aimé ça autant», a-t-il avoué.

Ayant obtenu leur congé le 2 janvier, la petite famille prenait du repos le lendemain lors de la visite du COURRIER. Pour entreprendre cette nouvelle étape, les heureux parents pouvaient compter sur l’aide d’autres membres de leur famille et un cadeau de plus de 575 $ en rabais chez des marchands de la région grâce au concours du premier bébé de l’année du COURRIER.

image