28 janvier 2021
Logements sociaux pour personnes handicapées
Saint-Hyacinthe dans la mire de Han-Logement
Par: Olivier Dénommée

Si les discussions aboutissent positivement avec Han-Logement, Saint-Hyacinthe pourrait voir apparaître d’ici 2022 des logements abordables destinés aux personnes en situation de handicap comme ceux que l’on trouve déjà à Magog (photo). Photo gracieuseté

Il n’y a pas que les gros promoteurs immobiliers qui espèrent venir s’implanter à Saint-Hyacinthe : l’OBNL Han-Logement vise la construction de 400 nouveaux logements à prix modiques pour les personnes à mobilité réduite dans un horizon de cinq ans et Saint-Hyacinthe se trouve sur la liste des villes que l’on souhaite approcher au courant des prochains mois.

Publicité
Activer le son

En entrevue téléphonique, le directeur général de Han-Logement, Paul Champagne, confirme son désir de s’entretenir « à court terme » avec la Ville de Saint-Hyacinthe pour discuter de l’intérêt de construire des logements sociaux sur son territoire. « Nous n’avons pas encore entamé les discussions, la COVID-19 ayant ralenti nos projets, mais cela fait un moment que Saint-Hyacinthe est ciblée pour accueillir un Han-Logement. Normalement, le projet est assez bien reçu parce qu’on investit 1,5 million de dollars dans la municipalité et on ajoute à l’offre de logements sociaux pour personnes à mobilité réduite », mentionne-t-il.

Selon M. Champagne, une ville de la taille de Saint-Hyacinthe correspond parfaitement à la mission de Han-Logement. « Notre modèle ne s’appliquerait pas bien dans une ville comme Montréal, mais il convient bien aux villes plus petites. Nous, on a l’expertise pour construire des logements adaptés, il ne manque que la collaboration du milieu pour nous trouver un terrain adéquat pour répondre aux besoins », poursuit celui qui est bien au fait de la réalité maskoutaine pour y avoir grandi.

« Dans certaines municipalités, il y a un enjeu entre le centre-ville et les nouveaux pôles commerciaux. On ne vise pas un endroit en particulier pour le moment, on se fie à l’intelligence du milieu pour nous guider vers le meilleur endroit. » Les principaux critères pour accueillir un Han-Logement sont d’avoir un accès facile aux services de proximité et de ne pas être trop près d’une côte importante.

Horizon 2022

Si tout se passe comme le souhaite Paul Champagne, huit personnes pourront occuper d’ici deux ans leur nouveau logement social à Saint-Hyacinthe. « En général, on se donne environ un an pour ficeler les discussions avec la Municipalité et signer les papiers pour qu’elle cède le terrain retenu, et une autre année pour la construction. »

Au moment de l’entrevue, il n’était pas encore précisé si Han-Logement avait l’intention de construire plusieurs immeubles sur le territoire. « Ça fera partie des discussions. Magog [où le siège social de Han-Logement est situé] est plus petite et en a déjà six, par exemple. On n’oublie pas non plus les municipalités limitrophes autour de Saint-Hyacinthe, s’il y a de l’intérêt et qu’elles ont un terrain approprié pour un tel projet. » Dans tous les cas, M. Champagne semble confiant d’avoir de bonnes nouvelles à annoncer aux Maskoutains dans les prochains mois.

Qu’est-ce que Han-Logement?

Han-Logement est un organisme à but non lucratif fondé en 2002 et dont le siège social est situé à Magog. Sa mission est « d’améliorer les conditions d’habitation des personnes autonomes qui ont un handicap physique, une déficience intellectuelle ou un TSA et dont les revenus modestes ne permettent pas de se loger adéquatement » en fournissant un logement adapté et à prix abordable. À ce jour, on compte 106 de ces logements répartis dans 16 immeubles situés en Estrie.

« On change des vies avec ces logements, estime Paul Champagne, directeur général de Han-Logement. Ceux qui en bénéficient éprouvent beaucoup de fierté et voient leur estime de soi augmenter. » Selon le site web de l’organisme, chaque logement inclut une cuisine et une salle de bain adaptées, des passages élargis, un système automatique d’ouverture des portes, des fenêtres et des interrupteurs installés plus bas et les logements ne comportent aucun seuil de porte.

Et même si on sent que la pandémie de COVID-19 pourrait bientôt tirer à sa fin, Han-Logement propose un modèle d’immeubles appropriés pour empêcher la propagation d’une telle maladie. « Nos immeubles de huit logements sont sans corridors intérieurs, ce qui évite les contacts étroits entre les résidents. D’ailleurs, dans les 16 immeubles qu’on a déjà construits, on rapporte 0 cas de COVID-19 », se targue M. Champagne.

Un partenariat avec le Fonds immobilier de solidarité FTQ rend possible l’actuel projet de construire 400 nouveaux logements abordables, soit 50 immeubles de huit logements, d’ici 2026, un projet estimé à 80 M$. Le principal engagement que doivent prendre les communautés qui souhaitent accueillir Han-Logement est de faire don du terrain où sera construit l’immeuble après avoir aidé à choisir son emplacement idéal.

image